Assassin's Creed : Après 13 ans, 12 jeux et une tonne de ventes, quel est le secret du succès de la franchise ? - 3

L’auteur de cet article est Tof Eklund, Maître de conférences à l’Université de technologie d’Auckland. L’article a été initialement publié en décembre 2020.

La série Assassin’s Creed d’Ubisoft est l’une des séries de jeux vidéo les plus vendues au monde. Avec des décors allant de la Grèce antique à la Révolution française, Assassin’s Creed : Valhalla, sorti le mois dernier, plonge le joueur dans l’esprit de Évior, un raider viking qui envahit l’Angleterre.

Voir également: PHOTO Trois Norvégiens ont décidé de créer la plus belle expérience de jeu au monde. voici le résultat

Découvrez un magnifique Fjord

Peu de choses sur Assassin’s Creed sont uniques ou nouvelles : de nombreux jeux présentent des décors historiques, avec ou sans voyage dans le temps ; il existe d’innombrables jeux d’action et de rôle d’action à la troisième personne – et l’ensemble de l’industrie du jeu vidéo se préoccupe de rendre chaque jeu meilleur que le précédent.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

Même le gameplay d’action furtif emblématique d’Assassin’s Creed, qui permet au joueur de se faufiler à côté de ses ennemis, de tendre des embuscades et d’éviter de se faire remarquer… ou d’éviter la subtilité et de se précipiter avec un cri de guerre, a été déployé pour la première fois par Eidos’ Thief: The Dark Project, en 1998 .

Apparue pour la première fois en 2007, la franchise a couvert une douzaine de jeux PC et consoles à gros budget et a inspiré des liens mobiles, des bandes dessinées, des romans, des jeux de société, un film et une prochaine série d’action en direct Netflix. Alors quel est son secret ?

Cela s’explique en partie par les décors variés, qui s’étendent de l’Égypte ancienne à l’Italie de la Renaissance dans un avenir proche. Mais la vraie sauce secrète, je dirais, est dans la devise des Assassins du jeu : « rien n’est vrai, tout est permis.

Rapide et lâche avec l’histoire

Assassin’s Creed joue rapidement et librement avec l’histoire, mettant simultanément d’énormes efforts dans la reproduction de l’architecture et des styles historiques tout en mettant en scène une guerre sans fin entre les Assassins, qui se battent pour la liberté de toute l’humanité, et les Templiers, qui croient que la paix peut être atteint que lorsque tout le monde est sous sa coupe.

Le jeu permet au protagoniste de mettre un casque dans le jeu connu sous le nom d’appareil Animus – une simulation d’histoire interactive. Plutôt qu’une machine à remonter le temps, l’Animus utilise le dispositif d’intrigue de la « mémoire génétique ». Les protagonistes peuvent accéder à la mémoire de leurs ancêtres grâce à leur ADN pour justifier les détournements non seulement de l’histoire mais aussi de la possibilité.

Comme le jeu dans le jeu dans Hamlet, personne ne meurt vraiment dans une simulation Animus. C’est un fait admis de l’intrigue. Le but n’est pas de réparer le passé, mais d’en tirer des leçons et d’appliquer cette compréhension dans le monde du jeu. Cela donne aux joueurs une cohérence en termes de monde de la série et d’intrigue globale, tout en permettant également à chaque jeu d’explorer un cadre historique différent.

De petits rebondissements sur un jeu familier associé à divers paramètres ont gardé les fans accrochés alors que les jeux se déplaçaient de Venise au XVe siècle à Boston au XVIIIe siècle, à Athènes au Ve siècle avant JC, et au-delà. Il y a un chapitre différent de la guerre éternelle entre les Assassins et les Templiers à revivre dans chaque jeu, une nouvelle simulation Animus.

À une époque où les jeux, du hit indépendant Undertale au tireur militaire Spec Ops: The Line, demandent aux joueurs de considérer les conséquences de leurs actions, les jeux Assassin’s Creed demandent au joueur de s’identifier à des groupes souvent considérés comme « les méchants ». Les assassins, les pirates et les envahisseurs sont les héros ici.

Le joueur peut se livrer à l’assassinat, au piratage et à la colonisation sans hésiter car il ne s’agit que d’une simulation d’Animus.

Une devise inventée par Nietzsche

Les véritables Templiers historiques sont difficiles à comprendre. Proéminents aux XIIe et XIIIe siècles, ils se sont battus brutalement et ont grandement profité des croisades. L’ordre a ensuite été dissous sous de fausses accusations d’hérésie, certains étant brûlés vifs pour des aveux extorqués sous la torture. Plus récemment, ils sont devenus populaires auprès des théoriciens du complot et des suprémacistes blancs.

En revanche, les Hasashins, les « Assassins » historiques qui ont inspiré Assassin’s Creed, sont tristement célèbres. Cette secte ismailie était active en même temps que les Templiers, mais en Perse (l’Iran actuel) et en Syrie, loin des croisades. Souvent décrite à tort comme un culte des tueurs fumeurs de cannabis sans peur ni remords, la devise « rien n’est vrai, tout est permis » a été attribuée à leur fondateur, Hassan-i Sabbah.

auteur slovaque-italien Vladimir Bartol collecté des rumeurs et créé des détails salaces sur les Hashashin dans son roman de 1938 Alamut. Dans ce document, des Assassins lapidés ont été transportés dans un jardin caché rempli de belles femmes et ont dit qu’ils voyaient une vision du paradis.

Assassin’s Creed a pris sa devise du roman de Bartol, mais Bartol citait en fait Friedrich Nietzsche. Le premier exemple enregistré de la maxime « rien n’est vrai, tout est permis » est dans Nietzsche Ainsi parlait Zarathrusta (1883).

Dans ce roman philosophique, Nietzsche développe son concept du retour sans fin, de vivre la même vie encore et encore. C’est exactement ce que font les joueurs dans les jeux Assassin’s Creed.

Valhalla

Dans Assassin’s Creed : Valhalla, la vie sur laquelle vous vivez est celle d’Evior. Le joueur contrôle Layla Hassan, un Assassin des temps modernes, alors qu’elle habite Evior, et il ou elle (le jeu vous permet de choisir ou d’échanger périodiquement les genres en fonction de ces mémoires génétiques) remet en scène l’invasion scandinave des îles britanniques.

L’histoire et les motivations d’Evior sont un manuel : c’est l’orphelin qui doit prouver sa valeur, vaincre un ennemi juré et sauver sa communauté. C’est un tampon en caoutchouc qui laisse le joueur libre d’aller je viking, pillant des colonies et des camps côtiers, massacrant toute opposition, pillant des biens de valeur et les utilisant pour établir et fortifier une colonie scandinave en Angleterre.

Étant un jeu Assassin’s Creed, le joueur a également la possibilité d’infiltrer des villes anglaises, d’assassiner des ennemis et des rivaux avant de s’éclipser tranquillement… ou de couper une bande sanglante vers la liberté.

Fandom, c’est vouloir de nouvelles expériences qui vous font ressentir la même chose que lorsque vous êtes devenu fan pour la première fois. C’est un défi pour les créateurs de proposer quelque chose de nouveau et d’intéressant mais fidèle à ce que les fans connaissent et aiment déjà.

Assassin’s Creed a résolu ce problème : chaque version du jeu est absolument familière, mais rend cette familiarité nouvelle.

Cet article est republié à partir de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lire l’article original.

Source : La conversation / #NorwayTodayTravel

Avez-vous une astuce pour Norway.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous à info@norwaytoday.no