Eide : l'Europe a besoin du gaz norvégien - 3

À Glasgow, les pays ont été encouragés à déclarer de nouveaux objectifs climatiques dès l’année prochaine. La Norvège ne le fera pas, a déclaré le ministre du Climat et de l’Environnement Espen Barth Eide.

Eide note que l’objectif que le gouvernement Solberg a déjà signalé à l’ONU, de 50 à 55 % de réduction par rapport aux niveaux de 1990, reste fixé à l’avenir.

« La décision est une nouvelle chance pour les pays de déclarer des objectifs compatibles avec l’Accord de Paris et l’objectif de 1,5 degré. La Norvège est déjà là où nous devons être », a déclaré Eide au journal Klassekampen.

Dans la plate-forme Hurdal, le Parti travailliste (AP) et le Parti du centre (SP) ont écrit qu’ils prévoyaient de réduire de 55 % les émissions norvégiennes d’ici 2030, par rapport au niveau de 1990. Les coupes seront effectuées « dans l’ensemble de l’économie » dans tous les secteurs en Norvège. C’est l’objectif qu’Eide dit maintenant qu’il ne rendra pas compte à l’ONU l’année prochaine.

Il explique que la Norvège a conclu un accord conjoint sur les objectifs climatiques avec les autres pays nordiques. Eide souligne que la demande doit changer.

« Une meilleure alternative »

«Je n’ai aucune confiance dans la fermeture active de la production ou de l’exploration en tant que mesure climatique. Je crois sérieusement que le marché doit s’en occuper », a ajouté Eide.

En outre, il pense que la décision de Glasgow d’éliminer progressivement le charbon à court et moyen terme entraînera une augmentation de la demande de gaz norvégien.

« Ensuite, nous espérons que ce gaz pourra éventuellement devenir de l’hydrogène. Mais pour un bon bout de temps encore, le gaz fera partie de la solution, en tant que meilleure alternative au charbon », a conclu Eide.

Source : © NTB Norway.mw / #Norway.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous une astuce pour Norway.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous à info@norwaytoday.no