Voici ce que les Norvégiens ont mangé en 2020, l'année de la pandémie de corona - 3

Plus de fromage, de yaourt et de céréales – et peut-être un peu moins de viande. C’est ce que sont la plupart des Norvégiens en 2020, selon le rapport de la Direction norvégienne de la santé sur le régime alimentaire norvégien.

Le rapport suit l’évolution du régime alimentaire norvégien et si les gens suivent les conseils des autorités pour manger sainement. Mais les chiffres montrent que l’année dernière a été loin d’être une année normale. Le verrouillage signifiait que les gens mangeaient à peine dehors dans un restaurant, un café ou une cantine. Et le commerce transfrontalier s’est également arrêté.

« Les chiffres de 2020 sont passionnants car – pour la première fois – nous voyons la consommation totale en Norvège pratiquement sans commerce transfrontalier ni voyages à l’étranger, et avec de nombreux repas préparés et consommés dans les quatre murs de nos maisons », division a déclaré la directrice Linda Granlund de la Direction norvégienne de la santé.

Allez voir les Baleines en Catamaran

« Mais cela rend également un peu plus difficile la comparaison avec 2019 car les estimations du commerce transfrontalier sont incertaines », a-t-elle poursuivi.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

Les chiffres du rapport sont basés sur la quantité de nourriture importée et produite dans le pays, c’est-à-dire la consommation en gros. Après cela, les nombres sont divisés par le nombre d’habitants.

2,7 kilos de fromage en plus par personne

En moyenne, chaque Norvégien a mangé 2,7 kilos de fromage de plus l’année dernière qu’en 2019. Nous avons également mangé plus de céréales et de farine que l’année précédente.

« Il est possible que plus de repas à la maison aient signifié plus de pain, de produits de boulangerie et de céréales, mais c’est de la spéculation », a déclaré Granlund.

Quelle qu’en soit la raison, les autorités se félicitent de l’augmentation de la consommation de pain complet et de céréales car cela permet de réduire le risque de maladies telles que le diabète de type 2, l’obésité et les maladies cardiovasculaires.

Consommation de viande

Sur la période 2015-2019, la consommation de viande s’est stabilisée, après avoir fortement augmenté au fil du temps, selon la Direction norvégienne de la santé.

Chaque Norvégien a mangé en moyenne 74,6 kilos de viande l’année dernière. C’est plus de 2 kilos de plus que l’année précédente, mais les autorités pensent qu’il s’agit en réalité d’une diminution avec le commerce transfrontalier pris en compte.

Les autorités sanitaires ne sont pas si satisfaites de la consommation élevée de viande, qui n’est ni conforme aux conseils d’une alimentation saine ni à l’objectif de rendre notre consommation alimentaire plus durable.

Dans le même temps, les Norvégiens mangent moins de poisson aujourd’hui qu’en 2015, alors que l’objectif des autorités est que les habitants de la Norvège mangent plus de poisson. L’année dernière, la consommation de poisson divisée par habitant était de 31,9 kilos de poisson entier non transformé. Converti en filet de poisson, il ne pèse que 13,4 kilos.

Trop de graisse

La consommation de sucre a fortement chuté au cours de la dernière décennie. En 2010, nous avons consommé 31 kilos de sucre par personne, alors qu’en 2019, le nombre était tombé à 24 kilos. L’année dernière, la consommation en gros s’élevait à 26 kilos, mais les autorités estiment que la consommation était en fait la même que l’année précédente si l’on inclut le commerce transfrontalier dans les calculs.

« Bien que nous ayons eu une belle baisse de la consommation de sucre au fil du temps, nous n’avons pas progressé en ce qui concerne les graisses saturées – c’est-à-dire la graisse que vous trouvez dans de nombreux produits laitiers gras et dans la viande, par exemple », a déclaré Granlund.

Au cours de la période 2010-2020, la teneur en matières grasses de l’alimentation est passée de 35 à 37 % de la teneur énergétique (pourcentage énergétique). Les acides gras saturés représentaient 15 % du contenu énergétique des aliments en 2020.

Granlund pense que l’industrie alimentaire et les autorités doivent travailler ensemble pour réduire la teneur en matières grasses des aliments.

« Une consommation élevée de graisses saturées est l’un des facteurs de risque les plus importants pour le développement de maladies cardiovasculaires. »

Plus de légumes

D’un autre côté, les Norvégiens mangent mieux des légumes. La consommation a augmenté de 12 % au cours des dix années qui ont suivi 2010. De 2019 à 2020, la consommation de légumes a légèrement augmenté et la consommation de fruits et de baies a légèrement diminué.

Le rapport indique également que les Norvégiens mangent moins de frites et de croustilles qu’il y a dix ans.

Source : © NTB Norway.mw / #Norway.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous une astuce pour Norway.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous à info@norwaytoday.no