FHI publie un nouveau rapport omicron : « La situation est grave, des mesures plus fortes sont nécessaires » - 3

La variante omicron peut créer une vague de maladie importante en décembre et janvier, prévient l’Institut national de la santé publique (FH) dans une nouvelle évaluation des risques.

« Nous nous attendons à ce que le nombre de personnes infectées par cette variante augmente rapidement dans les semaines à venir. Ceci, combiné à la charge accrue pesant sur les services de santé, signifie que nous considérons désormais la situation comme sérieuse », a noté la directrice du département Line Vold au FHI.

Dans son évaluation des risques mise à jour, le FUHI écrit qu’il pense que la variante omicron est susceptible d’aggraver considérablement la charge de morbidité existante et la pression sur les services de santé norvégiens.

Allez voir les Baleines en Catamaran

Vague de maladie

La variante entraînera une « vague de maladie importante » en décembre et janvier.

Allez voir les Baleines en Catamaran

« La variante va probablement s’imposer en Norvège et, dans quelques semaines, devenir dominante. Cependant, il y a une grande incertitude. Par conséquent, il est nécessaire d’avoir des mesures plus fortes (en place) pour maintenir le contrôle », a déclaré Vold.

La FHI pense qu’il est peu probable que la variante omicron provoque une évolution plus grave de la maladie chez les personnes vaccinées. Cependant, il pense que la variante est plus contagieuse et deviendra dominante en Norvège d’ici janvier 2022.

Dans le rapport, le FHI exprime également son inquiétude quant à l’éventualité d’une épidémie de grippe inhabituellement forte fin décembre ou en janvier. Mais selon l’institut, il est de plus en plus probable que l’épidémie de grippe sera également beaucoup moins importante que la normale cet hiver en raison de mesures de plus en plus nombreuses contre l’épidémie de COVID-19.

Source : © NTB Norway.mw / #Norway.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous une astuce pour Norway.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous à info@norwaytoday.no