L'univers controversé de Maria Ressa - 5

Lorsque la rédactrice en chef et journaliste philippine a été annoncée comme lauréate du prix Nobel de la paix, tout le monde n’était pas ravi de son triomphe.

Dans son pays d’origine, elle est considérée comme l’une des dernières voix indépendantes tenant les tendances de plus en plus autoritaires du président Rodrigo Dutertele gouvernement de rendre compte.

Cela a amené Duterte à utiliser tout le poids de la loi pour poursuivre et persécuter Ressa.

Découvrez un magnifique Fjord

Prix ​​de la paix pour la sauvegarde de la liberté d’expression et de la transparence

L’attrait de la démocratie a diminué dans le monde entier au cours des dernières années. La montée en puissance de figures autoritaires populistes et nationalistes, souvent propulsées au pouvoir à l’aide des réseaux sociaux, s’est manifestée partout dans le monde, des rives de la Baltique au Brésil. L’un des principaux remparts contre l’effritement de la démocratie a été le travail des journalistes qui demandent des comptes aux personnes au pouvoir. C’était très présent dans l’esprit du Comité Nobel norvégien lorsqu’il a décerné le Prix de la paix 2021 à deux journalistes dont la voix est une épine dans le pied des régimes autoritaires.

Découvrez un magnifique Fjord

Le Comité Nobel norvégien a décidé d’attribuer le Prix de la paix 2021 à Maria Ressa et Dmitri Muratov. Ils ont remporté cet honneur »pour leurs efforts pour sauvegarder la liberté d’expression, qui est une condition préalable à la démocratie et à une paix durable…« Cela a été considéré par beaucoup comme un clin d’œil au travail inlassable, dans le monde entier, des membres du « quatrième pouvoir » qui mettent souvent leur carrière (et parfois leur vie) en jeu pour faire sortir la vérité et l’information de l’obscurité et dans le public voir. Pour Ressa, il s’agissait de l’aboutissement d’une carrière qui a contribué à favoriser la liberté d’expression et la transparence du gouvernement aux Philippines.

Une expérience formatrice : Les dernières années de la dictature de Marcos

Depuis le renversement du président kleptocrate en 1986 Ferdinand Marcos, les Philippines ont connu un essor de la démocratie. Une campagne de résistance civile en 1986 a vu Marcos et sa femme épris de chaussures fuir le pays alors que des institutions démocratiques étaient adoptées en vertu d’une nouvelle Constitution de 1987. Cette nouvelle Constitution a assuré le rétablissement de la liberté d’expression et du pouvoir civil sur l’armée.

Née à Manille en 1963, les années de formation de Maria Ressa ont été façonnées par le régime dictatorial de Marcos tout au long des années 1970 et 1980. Son père est mort quand elle avait dix ans, et sa mère et son beau-père ont émigré aux États-Unis, où elle a fait ses études. Après avoir commencé ses études en microbiologie à l’Université de Princeton, elle a obtenu un diplôme en anglais et a reçu une bourse Fulbright pour étudier le théâtre politique à l’Université des Philippines Diliman. C’est ici qu’elle enseigne le journalisme pour la première fois, une matière qui dominera désormais sa vie.

La lauréate du prix Nobel de la paix Maria Ressa rencontre la presse à l’aéroport d’Oslo Gardermoen après son arrivée en Norvège mercredi après-midi. Photo : Terje Bendiksby / NTB

Travail médiatique international et fondation de Rappler

De retour aux Philippines, elle a vu un pays qui avait renversé un régime autoritaire et a vu fleurir des institutions démocratiques. Elle a cofondé une société de production indépendante en 1987, Probe, et c’est à la fin des années 1980 qu’elle a interviewé pour la première fois le maire de Davao, Rodrigo Duterte. Tout au long des années 1990 et 2000, elle a occupé le poste de chef du bureau philippin de CNN et a dirigé la division des informations pour ABC-CBN, une organisation de presse philippine.

C’est la création en 2012 de l’agence de presse Rappler, dont elle est toujours la PDG, qui définira sa carrière. Rappler était inhabituel en ce qu’il avait trois fondatrices et réunissait une petite équipe de seulement 12 journalistes.
Une crise des otages à Manille en 2010, qui a vu huit touristes de Hong Kong mourir, a fait l’objet d’un article dans Le journal de Wall Street. Elle y critiquait la gestion de la crise par le président de l’époque Benigno Aquino III. C’était la première fois, mais pas la dernière, qu’elle se trouvait sur une trajectoire de collision avec un président des Philippines.

Tenir Duterte responsable de sa guerre sanglante contre la drogue

L’élection du président Rodrigo Duterte, en 2016, a été la plus grande menace pour la démocratie encore fragile des Philippines. Fonctionnant sur une plate-forme pour nettoyer son pays du commerce illégal de la drogue, il a supervisé des exécutions extrajudiciaires de trafiquants de drogue, qui ont entraîné la mort de milliers de Philippins. Considérés comme sévères contre le crime par ses partisans, les Philippines ont connu un autoritarisme rampant pendant son règne.

Rappler et Ressa ont largement rendu compte des abus de la police et de l’armée, considérés comme approuvés et sanctionnés par Duterte, pendant cette guerre contre la drogue. En outre, Rappler a rendu compte de «l’armée de trolls» de Duterte qui, avec l’aide des médias sociaux, a déformé et déformé sa guerre sanglante et illégale contre la drogue en tant que mission juste pour nettoyer les Philippines.

Pourtant, pour Duterte et ses partisans, Ressa et Rappler sont perçus au mieux comme une gêne et au pire comme un agent étranger. Dans un discours sur l’état de l’Union en 2017, Duterte a qualifié Rappler de propriété américaine et de propagation de fausses nouvelles. Depuis 2018, le gouvernement a révoqué la licence commerciale de Rappler en raison d’être, selon les mots de Duterte, «pleinement possédé» par les Américains, ce qui est à la fois une violation de la constitution philippine et des pratiques commerciales.

Le président philippin Rodrigo Duterte
Le président philippin Rodrigo Duterte. Photo : AP Photo/Bullit Márquez

Batailles juridiques en cours

En rapportant et en diffusant au monde les abus du gouvernement Duterte, Ressa s’est mise, ainsi que Rappler, dans la ligne de mire du gouvernement. Depuis l’injonction de 2018 d’arrêter de faire des affaires, Ressa s’est vue traînée encore et encore dans le système judiciaire philippin avec un nombre croissant de poursuites visant à faire taire ses critiques. Actuellement, Ressa fait l’objet de six poursuites – trois pour irrégularités présumées de propriété, deux pour fraude fiscale présumée et une seule affaire de diffamation présumée.

Dans le monde trouble de la politique philippine, dirigé par le président autoritaire Duterte, la vérité est dans l’œil de celui qui regarde. Son armée de trolls a quelque peu réussi une campagne de diffamation en ligne qui l’a qualifiée de traître à agent étranger. La vérité, cependant, est que le travail qu’elle fait à travers Rappler est l’une des seules organisations médiatiques vraiment indépendantes qui ne se plie pas à la ligne Duterte. Son reportage sur les abus du gouvernement Duterte, qui a conduit à sa persécution et à des problèmes juridiques, a été l’une des principales raisons pour lui décerner la co-lauréate de la « Personne de l’année » de Time Magazine en 2018. Elle a été considérée comme l’un des nombreux de journalistes mettant leur vie ou leur carrière en jeu pour diffuser la vérité.

Prix ​​Nobel de la paix et élection présidentielle de 2022

Le faste et le glamour de la cérémonie du prix Nobel de la paix sont bien loin de la politique souvent trouble des Philippines. Ce n’est que cette semaine qu’un tribunal philippin a accordé à Ressa le droit de se rendre à Oslo pour récupérer son prix.
Malgré tous les progrès que les Philippines ont accomplis depuis 1986, il semble que tout ce qui est ancien est à nouveau nouveau. Comme les Philippines ont une limite stricte d’un mandat pour les présidents, Duterte lui-même ne pourra pas se représenter aux prochaines élections présidentielles du 9 mai 2022. Pourtant, la fille de Duterte a annoncé sa candidature à la vice-présidence avec son partenaire de course à la présidence, le fils du défunt dictateur, Ferdinand Marcos Junior.

Beaucoup craignent que ce soit Duterte qui tire vraiment les ficelles du pouvoir si Marcos Junior et sa fille remportent les élections l’année prochaine. Donc, si ces deux descendants de dirigeants autoritaires prennent le pouvoir aux Philippines l’année prochaine, la lutte de Maria Ressa pour la transparence du gouvernement, la vérité, la justice et la responsabilisation des responsables est plus importante que jamais. Plus de boue, plus de procès et des commentaires controversés, sans aucun doute, seront jetés sur Ressa, mais sur la base de sa carrière jusqu’à présent, cela ne la perturbera pas.

Les opinions exprimées sont celles de l’auteur et ne sont pas détenues par Norway.mw, sauf indication contraire.

A propos de l’auteur:

Jonathan est un amoureux de l’écrit. Il pense que la meilleure façon de lutter contre cette polarisation de l’actualité et de la politique, à notre époque, est d’avoir une vision équilibrée. Les deux côtés de l’histoire sont également importants. Il aime aussi les voyages et la musique live.

Source : #NorwayTodayTravel

Avez-vous une astuce pour Norway.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous à info@norwaytoday.no