Le vœu du Nouvel An de Kjerkol ? Plus d'infirmières en Norvège - 3

La ministre de la Santé et des Services de soins, Ingvild Kjerkol (AP), aimerait avoir plus d’infirmières en Norvège. Mais elle n’est pas prête à leur promettre un meilleur salaire.

Le début du mandat de Kjerkol en tant que ministre de la Santé a été tout sauf facile. Après avoir pointé un index en colère sur son prédécesseur Bent Høie (H) pendant des années, c’est maintenant à son tour de prendre la tête du système de santé norvégien.

« Nous avons un service de santé qui est le meilleur au monde. Mais tout n’est pas assez bon », a déclaré Kjerkol.

Découvrez les Aurores Boréales

Il y a un manque de médecins généralistes et le seuil pour recevoir des soins de santé mentale est beaucoup trop élevé. Mais surtout, il y a un manque d’infirmières, et la pandémie l’a braqué sur elle.

Allez voir les Baleines en Catamaran

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi le service de santé s’effondre presque lors du traitement de 300 patients corona, Kjerkol a répondu :

« Cela ne s’applique qu’en partie aux patients COVID admis. Il y a une image plus holistique ici. Notre préoccupation est d’abord et avant tout le service de santé municipal et sa capacité à fournir des soins de santé appropriés.

À l’honneur

Ça vous impressionne quand les infirmières des soins intensifs sont si fatiguées qu’elles pleurent à la télé, avoue le ministre de la Santé.

« Malheureusement, nous n’avons pas de réserves qui peuvent intervenir. Mais maintenant, nous examinons tout ce qui peut soulager les infirmières dans la situation aiguë dans laquelle nous nous trouvons », a déclaré Kjerkol.

À plus long terme, la formation, le recrutement et la rétention de professionnels sont une priorité absolue pour le gouvernement, a-t-elle déclaré.

« Le besoin est très clair dans la situation dans laquelle nous nous trouvons actuellement, avec la pandémie et un service de santé qui s’est complètement étiré. »

Aucune promesse d’augmentation de salaire

Dans le même temps, sept infirmières sur dix déclarent qu’elles envisagent de quitter la profession en raison d’une charge de travail élevée et, surtout, d’un faible salaire.

Dans le règlement salarial principal de ce printemps, le salaire des infirmières sera à nouveau un sujet. Le leader de la NSF, Lill Sverresdatter Larsen, exige une véritable augmentation de salaire d’au moins 100 000 NOK pour les infirmières en soins intensifs. Mais Kjerkol balaie actuellement cette demande de la table.

« Ce sont les parties de la main-d’œuvre qui négocient les salaires. Je n’ai pas l’intention de changer cela », a-t-elle déclaré.

« Il est de ma responsabilité et de celle du gouvernement de veiller à ce que le secteur soit financé de manière à ce que les parties puissent négocier un accord salarial avec lequel elles peuvent vivre », a-t-elle déclaré.

En demande

« Ce type d’augmentation de salaire a déjà été accordé », a admis le ministre de la Santé lorsqu’on lui a demandé d’offrir une augmentation de salaire aux infirmières comme cadeau de Noël, et a fait référence aux enseignants au début des années 2000 lorsque le ministre de l’Éducation de l’époque, Trond Giske, est intervenu et assuré aux enseignants une solide augmentation de salaire.

«Je pense que les parties sont très conscientes de la situation dans laquelle se trouvent les infirmières après deux ans de pandémie, et qu’elles voient la nécessité pour nous de pouvoir bien recruter à l’avenir, et surtout que nous parvenons à garder celles que nous ont. Nous constatons que les infirmières sont en demande dans d’autres industries.

Kjerkol a également mis en place une commission pour évaluer la demande de personnel de santé et de compétences jusqu’en 2040. La demande augmentera car il y aura plus de personnes âgées et plus de malades.

Et juste avant Noël, Kjerkol et le ministre de l’Éducation Ola Borten Moe (SP) ont annoncé la « bonne nouvelle » concernant 500 places d’études supplémentaires pour les infirmières.

Plus d’argent nécessaire

Mais ce n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan, disent les critiques, car, dans toute la municipalité de Norvège, les infirmières sont rares. Environ neuf municipalités sur dix ont du mal à recruter suffisamment de personnes, selon Fagbladet.

L’Association norvégienne des infirmières (NSF) indique qu’il y a actuellement une pénurie d’environ 7 000 infirmières. La réponse du gouvernement est d’allouer plus d’argent.

« Nous devons mieux financer cela », a déclaré Kjerkol.

Elle promet également d’étendre la capacité des soins intensifs. Elle pense que Høie a fait un mauvais travail avec les soins intensifs.

« Il est resté immobile depuis bien trop longtemps », a-t-elle déclaré, frappant à plusieurs reprises son doigt fort sur la table.

« Et puis nous devons améliorer le schéma GP », a-t-elle ajouté.

Source : © NTB Norway.mw / #Norway.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous une astuce pour Norway.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous à info@norwaytoday.no