Presque tous les entraîneurs ont quitté la coopération sportive norvégienne-chinoise - 3
Photo : Vidar Ruud/NTB

Seuls huit des 60 entraîneurs et managers qui ont été embauchés dans le cadre de l’accord sportif entre la Norvège et la Chine n’ont pas quitté leur emploi, selon Norwegian Broadcasting (NRK).

« En ce qui me concerne, j’ai estimé que ce n’était pas justifiable. C’était difficile d’être là et de ne pas être autorisé à avoir plus d’influence », a déclaré Anita Moen, qui est rentrée de Chine en août 2020.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

Avec Ole Einar Bjørndalen et Kristin Størmer Steira, elle a été embauchée en 2018 en tant qu’entraîneure d’athlètes chinois dans les sports d’hiver avant les Jeux olympiques.

Accord sportif

Cet engagement était le résultat d’un accord sportif signé en 2017. Il s’inscrivait dans le cadre de la normalisation des relations entre la Norvège et la Chine après les tensions créées par l’attribution du prix de la paix à Liu Xiaobo en 2010.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

Selon une enquête menée par NRK Brennpunkt, environ 60 entraîneurs et managers norvégiens ont été engagés par l’Association chinoise de ski ou indirectement via leur partenaire Swix China.

Presque tout le monde a démissionné, soit parce qu’ils ont abandonné, soit parce que le projet a été fermé, selon le documentaire de NRK.

L’accord sportif a été vivement critiqué, entre autres, pour être un outil d’amélioration des relations politiques et diplomatiques entre la Norvège et la Chine.

Source : –