Ministère des Affaires étrangères : la Norvège ne prend pas position sur la question de savoir si Israël est un État d'apartheid - 3

La Norvège prend très au sérieux le traitement des Palestiniens par Israël, mais n’a pas décidé s’il relève du concept d’apartheid, déclare le ministère des Affaires étrangères.

Cette semaine, Amnesty International a présenté un rapport concluant qu’Israël discrimine systématiquement les Palestiniens d’une manière qui peut être qualifiée d’apartheid.

« Les Palestiniens sont traités comme une ethnie inférieure et sont systématiquement privés de leurs droits », a déclaré la secrétaire générale de l’organisation, Agnès Callamard.

Découvrez un magnifique Fjord

L’ambassade d’Israël à Oslo a rejeté les critiques et accusé Amnesty de répandre l’antisémitisme.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

« Le rapport d’Amnesty est à double tranchant et utilise la diabolisation pour délégitimer Israël. C’est de l’antisémitisme, et c’est un déni du droit à l’existence de l’État d’Israël », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Statut de Rome

L’organisation israélienne de défense des droits de l’homme, soutenue par la Norvège, B’Tselem et Human Rights Watch ont précédemment conclu qu’Israël, avec sa politique à l’égard des Palestiniens, tant en Israël que dans les territoires occupés, est coupable d’apartheid tel que défini dans le Statut de Rome du Code pénal international Rechercher.

La Norvège ne soutient pas volontiers cela, selon le secrétaire d’État Henrik Thune (AP) au ministère des Affaires étrangères.

« Nous prenons très au sérieux les nombreuses violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire contre les Palestiniens, comme l’ont signalé l’ONU, les organisations de défense des droits de l’homme et d’autres. Israël est obligé, en vertu du droit international, de protéger les droits de tous les groupes de population en Israël et de la population palestinienne dans les territoires palestiniens occupés », a-t-il déclaré à NTB.

Cependant, le ministère des Affaires étrangères considère l’apartheid comme un concept juridique avec des exigences de preuve pour des raisons subjectives. De l’avis du Ministère, il incombe donc avant tout à la justice de décider si un crime contre l’humanité aussi grave est en train d’être commis.

« En tant que membre du Conseil de sécurité, les activités de colonisation israéliennes, les actes de violence contre les civils, y compris les enfants, la privation de liberté et le régime de Gaza sont en tête de notre ordre du jour », a déclaré Thune.

« Nous coopérons avec l’ONU et plusieurs organisations de la société civile palestinienne et israélienne pour améliorer la situation du peuple palestinien. Dans le même temps, il est urgent de parvenir à une solution négociée à deux États au conflit qui respecte les droits des Palestiniens et des Israéliens et puisse assurer une paix durable », a-t-il déclaré.

Désappointé

Le secrétaire général John Peder Egenæs d’Amnesty Norvège est déçu de la position du ministère des Affaires étrangères.

« Nous nous attendions à une relation plus active avec notre rapport dans lequel nous pensons documenter que le système israélien est à la hauteur de la définition de l’apartheid. Mais nous ne nous attendons pas à ce que le ministère des Affaires étrangères se contente de reprendre l’évaluation juridique d’Amnesty. Ce à quoi nous devons cependant pouvoir nous attendre, c’est que le ministère des Affaires étrangères procède à ses propres évaluations de droit international de l’affaire et, en même temps, s’emploie à faire en sorte que le Conseil de sécurité et la Cour pénale internationale (CPI) fassent le même », a déclaré Egenæs à NTB.

« Lorsqu’il s’agit de violations graves du droit international humanitaire, il ne suffit pas de rejeter la responsabilité sur un « système judiciaire » vaguement défini. Ensuite, la Norvège, qui a adhéré à la fois à la Convention sur le racisme et à la Convention sur l’apartheid, doit assumer ses propres responsabilités », a-t-il ajouté.

Source : © NTB Norway\.mw / #Norway\.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous un conseil d’actualité pour Norway\.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous au info@norwaytoday.no