REVUE : "De Uskyldige" (Les Innocents) est un thriller nerveux, tendu et formidable - 3

Le thriller psychologique « Les Innocents » (De uskyldige) a remporté des applaudissements et des éloges au Festival de Cannes l’an dernier. Pourtant, ce drame sombre et dérangeant est plus qu’un simple jeu d’enfant.

Un thriller psychologique sombre et dérangeant

Que les humains naissent véritablement « bons » ou « mauvais » a été une source d’inspiration et de discussion pour les philosophes de l’Antiquité, les peintres de la Renaissance et les psychologues et psychiatres des temps modernes. En termes strictement biologiques, il y a, bien sûr, le débat séculaire sur «la nature contre l’acquis» – c’est-à-dire si la génétique ou l’environnement jouent un rôle plus important dans le destin. Ce concept est intelligemment traité dans le dernier film d’Eskil Vogt, «Les Innocents » (De uskyldige).

Fraîchement sorti de son succès avec Joachim Trier co-écrivant La pire personne du monde, Eskil Vogt a livré une autre offre solide dans la récente floraison des films norvégiens. « Les innocents » s’articule autour, comme le dit le critique de cinéma de NRK Birger Vestmo, « la notion qu’aucun enfant ne naît avec de mauvaises tendances et se demande si tout le monde peut avoir un mal inhérent en eux… » Étant donné que le sujet du film a un fondement si profond et philosophique , le film lui-même est un thriller psychologique intelligent, plein de suspense et, parfois, terrifiant.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

Le jeu d’enfant peut être dangereux

Le film est centré sur deux jeunes filles : Ida (Rakel Lenora Fløttum) et sa sœur aînée Anna (Alva Brynsmo Ramstad) qui ont déménagé dans un complexe d’appartements moins « glamour » à la périphérie d’Oslo avec leur mère (Ellen Dorrit Petersen) et Père (Morten Svartveit).

Allez voir les Baleines en Catamaran

Comme tous les enfants peuvent le faire facilement, Ida et Anna se font de nouvelles amies. Ida se lie d’amitié avec Ben (Sam Ashraf) tandis que l’autisme d’Anna ne l’empêche pas de nouer une nouvelle amitié très étroite avec Aisha (Mina Yasmin Bremseth Asheim).

Ce qui commence alors que des enfants innocents jouent se transforme rapidement en quelque chose de sombre, mystérieux et dangereux dans les bois et les terrains de jeux à proximité. Ce qui augmente la tension, c’est le lien entre les enfants que les adultes ne peuvent ni voir ni comprendre pleinement.

Sans trop en dévoiler, le film développe un ton mal à l’aise et inconfortable qui vous fera vous sentir claustrophobe avec de la tension à la fin. Le point culminant est, comme tous les grands films, rien de ce que l’on attendait et de ce qui n’est pas votre mode « hollywoodienne » typique.

Excellent jeu d’acteur d’un jeune casting

Ce qui est le plus agréable dans ce film, c’est le fait que les enfants ne sont pas des acteurs professionnels. Le fait que Vogt ait réussi à extraire une quantité substantielle de talents d’acteur de ces enfants est aussi impressionnant que la performance honnête, directe et solide que chaque enfant donne.

Il est également bon de voir Vogt montrer une autre facette d’Oslo, loin de l’instantané étonnamment cinématographique qui a été La pire personne du monde. Ici, dans le « ghetto » d’Oslo, les immeubles, le complexe d’appartements, les bois voisins sont tous hérissés d’une menace tranquille et d’une nervosité obsédante.

C’est exactement le genre de film que vous voudriez, vous savez, sortir de votre canapé et visiter un cinéma. Vous vous souvenez de cet endroit, n’est-ce pas ?

Verdict: Un thriller psychologique tendu et énervé à son meilleur avec un jeune casting exceptionnel.

But: 4 « creepy Etch a Sketches » sur 6.

Source : #Norway\.mw / #NorwayTodayTravel

Avez-vous un conseil d’actualité pour Norway\.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous au info@norwaytoday.no