L'UE demande plus de gaz à la Norvège - mais la Norvège n'a plus de gaz à donner - 3

L’UE a besoin de plus de gaz, mais la Norvège a jusqu’à présent dit non à l’augmentation des livraisons. Le ministre du Pétrole et de l’Énergie se rendra prochainement à Bruxelles pour rencontrer le chef de l’énergie de l’UE.

La ministre du Pétrole et de l’Énergie Marte Mjøs Persen (AP) a déclaré à NTB qu’elle rencontrerait le commissaire à l’Énergie Kadri Simson en février à Bruxelles.

La Commission européenne a informé NTB que la réunion aurait lieu le mardi 22 février.

La réunion s’inscrit dans le cadre du dialogue énergétique bilatéral bien établi entre la Norvège et l’UE. La situation du marché de l’énergie sera un thème de la réunion, a déclaré Mjøs Persen.

Tarifs élevés de l’électricité

Comme la Norvège, l’Europe est aux prises avec des prix de l’électricité exorbitants.

L’UE craint désormais que la Russie, premier exportateur européen de gaz, réduise ses approvisionnements vers le continent afin d’exercer une pression politique sur l’Union, qui a menacé de sanctions si la Russie envahissait l’Ukraine.

La Commission européenne s’est ainsi tournée vers la Norvège, deuxième fournisseur de gaz de l’Europe après la Russie.

« Nous discutons avec d’autres fournisseurs de gaz, comme la Norvège, d’une augmentation des livraisons vers l’Europe », a déclaré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, lors d’une rencontre avec la presse allemande lundi de cette semaine.

Plus de gaz à donner

Mais la Norvège n’a plus de gaz à donner, a déclaré le secrétaire d’État Amund Vik au ministère du Pétrole et de l’Énergie (MPE) à NTB en janvier.

Il a également dit qu’il n’était pas au courant qu’il y avait eu des demandes de renseignements en Norvège de la part de la Commission européenne récemment avec des questions sur l’augmentation des exportations de gaz vers l’Europe.

« Nous exportons autant que notre système de tuyauterie peut supporter », a déclaré Vik le 27 janvier.

Mjøs Persen a répété le même message jeudi.

« Le fait que le gaz des champs norvégiens soit vendu par des sociétés commerciales et que nos champs – à l’exception du champ de Snøhvit, qui est temporairement fermé – produisent à pleine capacité, est bien connu de la Commission européenne », a déclaré Mjøs Persen. .

Selon NTB, début février, le MPE a communiqué à la Commission européenne au niveau officiel que les entreprises norvégiennes utilisaient pleinement la capacité de production dans les champs.

Des résultats record

Les prix élevés du pétrole et du gaz sont une bonne nouvelle pour Equinor, qui a annoncé mercredi des résultats d’exploitation record.

Au cours de l’année, la société a augmenté sa production de pétrole et de gaz de 3,2 %.

« Equinor s’est concentré sur un fonctionnement sûr et stable en tant que fournisseur d’énergie fiable. En collaboration avec des partenaires et les autorités, nous avons facilité une augmentation significative de la production de gaz vers l’Europe », a déclaré le PDG Anders Opedal.

L’année dernière, le ministère du Pétrole et de l’Énergie a augmenté les permis de production de gaz dans les champs d’Oseberg et de Troll.

Le 17 mai, l’usine de Melkøya à l’extérieur de Hammerfest sera probablement remise en service. L’usine produit du gaz naturel liquéfié (GNL) à partir du champ de Snøhvit mais est fermée depuis qu’un incendie s’est déclaré en 2020.

Source : NTB Norway\.mw / #Norway\.mw / #NorwayTodayFinance

Avez-vous un conseil d’actualité pour Norway\.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous au [email protected]