L'adhésion de la Finlande et de la Suède à l'OTAN est désormais une possibilité distincte, déclare un expert en sécurité à Norway Today - 3

Selon le journal suédois Expressen, une délégation suédoise s’est rendue en Finlande la semaine dernière pour tenir une réunion avec le pays voisin et discuter de la perspective d’une adhésion à l’OTAN.

Selon le journal, le but de la réunion était de signaler que la Suède était prête à suivre la Finlande dans l’OTAN si le pays décidait de rejoindre l’Alliance.

Alors que l’agression de la Russie en Ukraine s’intensifie, les spéculations sur une tentative suédoise et finlandaise d’entrer dans l’alliance de défense se multiplient.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

Mais comment l’attaque de la Russie contre son voisin a-t-elle affecté la position de Stockholm et d’Helsinki sur l’OTAN ? La décision de Jens Stoltenberg de rester à la tête de l’Alliance profite-t-elle aux intérêts norvégiens en matière de sécurité ? Et comment les récents développements sécuritaires en Ukraine et en Europe affectent-ils la situation sécuritaire dans le Grand Nord ?

Découvrez un magnifique Fjord

La Norvège aujourd’hui contacté le chercheur en chef Kristian Åtland au Norwegian Defence Research Establishment (FFI) pour obtenir des avis d’experts et mieux comprendre la situation.

– – –

NT : Selon vous, comment l’invasion russe de l’Ukraine a-t-elle affecté les perspectives d’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’OTAN ?

KÅ : De toute évidence, l’invasion de l’Ukraine par la Russie a soulevé de nouvelles préoccupations en matière de sécurité chez les voisins de la Russie en Europe de l’Est et du Nord, y compris la Suède et la Finlande, et a suscité de nouveaux débats sur la possibilité d’une adhésion à l’OTAN.

L’adhésion de la Finlande et/ou de la Suède à l’OTAN est désormais une possibilité distincte, et cela pourrait se produire dans un avenir pas trop lointain si les autorités politiques des pays décident de s’engager dans cette voie. Les deux pays ont beaucoup à offrir pour la défense de l’Europe du Nord, et l’OTAN aurait tout à gagner à les admettre dans l’Alliance.

Inutile de dire que la Russie ne serait pas satisfaite d’un tel développement, mais elle doit en grande partie se remercier pour cette tournure des événements, ayant envahi l’Ukraine et bouleversé la situation sécuritaire en Europe.

NT : À votre avis, du point de vue de la sécurité, y a-t-il des avantages ou des inconvénients importants à ce que Jens Stoltenberg reste au poste de secrétaire général de l’OTAN ?

KÅ : Avoir un Norvégien à la tête de l’OTAN est clairement dans l’intérêt de la Norvège. Il est bon que Jens Stoltenberg ait accepté de prolonger son mandat de secrétaire général de l’Alliance. Mais surtout, il aurait été difficile pour l’OTAN de changer de secrétaire général en cette période turbulente et vulnérable pour l’Europe, causée par l’agression non provoquée de la Russie contre l’Ukraine.

NT : Globalement, comment évaluez-vous la situation sécuritaire actuelle dans le Grand Nord ?

KÅ : Malgré la détérioration générale des relations de la Russie avec l’Occident et l’OTAN, la situation sécuritaire dans le Grand Nord reste stable. Le schéma précédemment établi des opérations russes dans les eaux et l’espace aérien du nord n’a pas changé, et les forces russes sur la péninsule de Kola ne semblent pas constituer une menace immédiate pour le territoire terrestre de la Norvège.

Ayant les mains pleines avec la guerre en Ukraine, les forces armées russes ne veulent pas déstabiliser l’Arctique européen, car cette région joue un rôle clé dans la stratégie de dissuasion nucléaire de la Russie.

NT : La partie exercice sur le terrain de Cold Response 2022 (CR 22) s’est terminée le 31 mars. Avez-vous des points importants à retenir sur la base de ce que nous avons vu en mars ?

KÅ : Outre la perte tragique d’un hélicoptère « Osprey » de l’US Marine Corps et de son équipage, l’édition 2022 de l’exercice « Cold Response » a été généralement un événement d’entraînement réussi, impliquant quelque 30 000 soldats de 27 pays membres et partenaires de l’OTAN. Les unités impliquées ont amélioré leurs compétences et démontré une capacité convaincante à opérer ensemble dans des conditions météorologiques difficiles, bien au nord du cercle polaire arctique.

Je me serais peut-être attendu à une présence militaire russe plus prononcée dans et au-dessus des mers de Norvège et de Barents pendant l’exercice, similaire à ce que nous avons vu lors de l’exercice « Trident Juncture » à l’automne 2018. Mais les Russes ont gardé un profil relativement bas cette temps, malgré le fait que l’exercice dirigé par la Norvège ait eu lieu plus au nord que l’exercice de 2018.

NT : En général, comment évaluez-vous l’importance du CR22 et des exercices militaires similaires à ce stade ?

KÅ : L’exercice « Cold Response » offre une occasion unique aux alliés de la Norvège de se familiariser avec l’environnement opérationnel nord-européen. Ceci est en soi significatif.

Compte tenu de sa taille et de sa complexité, l’exercice donne également l’occasion de « tester » la capacité de la Norvège à recevoir, soutenir et interagir avec une force multinationale raisonnablement importante. Des leçons sont apprises et des expériences précieuses sont recueillies à tous les niveaux. Des exercices comme celui-ci peuvent également contribuer à une meilleure compréhension du Grand Nord en tant qu’arène de sécurité et servir de démonstration de la capacité et de la volonté de l’OTAN de défendre le flanc nord de l’Alliance, a déclaré Åtland à Norway\.mw.

Robin-Ivan Capar est contributeur et éditeur de Norway\.mw.

Source : #Norway\.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous un conseil d’actualité pour Norway\.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous au info@norwaytoday.no