Quelles sont les conséquences juridiques potentielles si la Norvège envoie des armes à l'Ukraine ? Voici ce qu'en pense un expert - 3

L’attaque de la Russie contre l’Ukraine en février a été largement condamnée en Europe et en Norvège.

La Norvège a adhéré aux sanctions européennes contre la Russie (ndlr : les sanctions sont entrées en vigueur à la mi-mars), condamnant ouvertement l’agression de Moscou et appelant à la fin de la guerre.

Le gouvernement du Premier ministre Jonas Gahr Støre a décidé de soutenir l’Ukraine à la fois en termes de financement et de soutien aux armements, et les Norvégiens ont fait don de plus de 700 millions de NOK à l’Ukraine depuis le début de la guerre.

Allez voir les Baleines en Catamaran

Alors que la guerre continue de faire rage, les médias et les commentateurs politiques ont débattu de plusieurs questions importantes et des conséquences potentielles liées au rôle de la Norvège dans la crise actuelle.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

L’envoi d’une aide financière et militaire à l’Ukraine fait-il de la Norvège une partie à la guerre ? Quelle est la situation juridique des Norvégiens qui se sont rendus en Ukraine pour combattre pendant la guerre ? De telles questions sont devenues de plus en plus fréquentes à mesure que la crise en Ukraine se poursuit.

Afin d’obtenir un avis d’expert sur certaines de ces questions, La Norvège aujourd’hui contacté Cécile Hellestveitavocat et chercheur respecté, titulaire d’un doctorat en droit international de la guerre de la Faculté de droit de l’Université d’Oslo.

– – –

NT : Juridiquement parlant, est-ce que l’envoi d’une aide financière et militaire à l’Ukraine fait de la Norvège une partie à la guerre ? Y a-t-il des conséquences juridiques potentielles?

CH : Non. La Norvège estime que la Russie a envahi l’Ukraine dans un acte d’agression illégale en violation de la Charte des Nations Unies. L’Ukraine a donc un droit légitime à l’autodéfense. La Norvège soutient l’Ukraine dans cet effort légitime en fournissant des armes afin que l’Ukraine puisse repousser l’agression illégale. C’est une façon d’aider l’Ukraine à faire respecter le droit international sur l’usage de la force et la Charte des Nations unies.

Cependant, pour des raisons de procédure au Conseil de sécurité, il n’y a aucune confirmation officielle par le Conseil de sécurité de l’ONU que la Charte des Nations Unies a été violée. La Russie peut donc prétendre que les règles de neutralité du droit international de l’usage de la force s’appliquent. En vertu de ces règles, il existe certaines limites à la protection souveraine d’un pays qui fournit un soutien militaire à la partie adverse dans un conflit armé en cours. Ces règles sont exprimées, entre autres, dans le Manuel de San Remo sur la guerre navale (1995) et le Manuel sur la guerre aérienne et antimissile (2009) et permettraient à certains actes de la Russie d’arrêter l’aide norvégienne en armes à l’Ukraine.

Cependant, l’OTAN a déclaré qu’elle considérera toute atteinte à la souveraineté d’un pays de l’OTAN comme une attaque en vertu de l’article 5 du pacte d’alliance de l’OTAN. Par conséquent, la puissance militaire de l’OTAN protège la Norvège contre de telles revendications/actes de la Russie.

NT : Quelle est la situation juridique des Norvégiens qui se sont rendus en Ukraine pour combattre pendant la guerre ?

CH : Les Norvégiens qui se rendent en Ukraine seront citoyens d’un État neutre en vertu des règles du droit humanitaire. Cependant, s’ils sont enrôlés dans l’armée ukrainienne, ils deviendront des combattants en vertu des Conventions de Genève. S’ils sont enrôlés dans des milices ou d’autres groupes non étatiques et participent aux hostilités, ils n’auront pas le droit de combattre mais seront néanmoins des cibles légitimes pour l’armée russe aussi longtemps qu’ils participeront aux hostilités.

S’ils sont capturés par les forces russes, ils peuvent être jugés pour participation à la guerre. Par conséquent, s’ils ne bénéficient pas du statut de combattant, ils peuvent, pour une bonne raison, craindre la captivité par les forces russes.

NT : Le Bureau des institutions démocratiques et des droits de l’homme de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a récemment constaté que la Russie avait violé le droit international humanitaire et commis des violations des droits de l’homme lors de l’invasion de l’Ukraine. Ce rapport peut-il être utilisé dans de futures enquêtes relatives à la responsabilité juridique et politique dans la guerre ?

CH : Le rapport est impressionnant compte tenu du fait qu’il a été produit en l’espace de trois semaines. Il fournit un très bon point de départ pour un examen plus approfondi des violations du droit international commises par les parties belligérantes en Ukraine, en mettant l’accent sur les violations du droit international commises par la Russie – qui, en raison de la nature de l’invasion et du modus operandi des forces russes, est largement plus répandu du côté russe.

Pourtant, conformément à la mise en garde exprimée dans le rapport, il s’agit d’une conclusion préliminaire. Il est assez courant que certains (aspects) des conclusions de missions d’enquête préliminaires telles que celle-ci soient par la suite vus sous un jour légèrement différent par des enquêtes plus approfondies. Alors que certains incidents peuvent être ajoutés, d’autres incidents peuvent être écartés comme des violations du droit international en raison d’une connaissance supplémentaire des circonstances au moment de l’attaque ou du meurtre. Cela concerne principalement les attaques en violation des règles sur la conduite des hostilités.

Cependant, le rapport fournit un très bon aperçu initial des types de violations les plus importants, en plus d’un aperçu du droit international pertinent applicable dans l’état actuel de la guerre (bien que cela puisse également changer à l’avenir).

NT : Vos récents commentaires sur la définition juridique du génocide ont attiré beaucoup d’attention dans les médias norvégiens. Vous attendez-vous à ce que les tribunaux pertinents et compétents (c’est-à-dire la Cour internationale de justice de La Haye) adoptent bientôt une position claire sur la guerre en Ukraine ? Sur la base d’expériences antérieures, pourrions-nous envisager des années et des années de procédures?

CH : Un mot d’abord sur le génocide et la guerre en Ukraine. Le rapport de l’OSCE ne mentionne pas non plus d’actes à caractère génocidaire dans son rapport. Cela est dû à l’absence, à ce jour, d’actes dans la guerre en Ukraine qui lèveraient la garde des enquêteurs (leur mandat comprenait tous les types de crimes internationaux, y compris le génocide).

Cependant, cela n’exclut pas le risque de tels actes à l’avenir. La plupart des génocides du siècle dernier ont eu lieu bien avant les guerres, et la guerre russo-ukrainienne est une guerre extrêmement brutale. Il y a aussi la rhétorique entourant l’effort de guerre et les objectifs qui pourraient conduire à de telles opérations à l’avenir.

En ce qui concerne l’affaire de La Haye, il s’agit de l’allégation russe selon laquelle un « génocide en cours » était la raison pour laquelle la Russie a été forcée d’intensifier sa guerre contre l’Ukraine. C’est un argument juridique que la Russie utilise pour éviter l’application de la Charte des Nations Unies (il ne s’agit pas d’un nouvel usage de la force mais de l’escalade d’un conflit déjà existant en Ukraine impliquant des forces russes).

L’Ukraine a porté cette affaire devant la CIJ afin, tout d’abord, que la cour confirme qu’il n’y avait pas de génocide en cours en Ukraine avant le 24 février. Il est fort probable que la CIJ fournira une telle confirmation à l’Ukraine.

Deuxièmement, l’Ukraine a invité le tribunal à fournir une injonction similaire à celle qu’il a fournie dans l’affaire contre le Myanmar en 2020, ordonnant à l’armée du Myanmar de fournir au tribunal un rapport tous les six mois sur les mesures que l’armée prenait pour prévenir le génocide. . La CIJ a rendu une ordonnance sur des mesures conservatoires à la Russie le mois dernier. Le problème est que, contrairement au Myanmar, la Russie ne craint pas la conclusion de la CIJ en termes de conclusion que les forces russes commettent un génocide en Ukraine. Par conséquent, l’injonction du tribunal n’a pas le même impact sur la Russie que sur le Myanmar.

Ces procédures prendront probablement un certain temps. Cela n’aidera probablement pas l’Ukraine PENDANT la guerre. L’intérêt pour l’Ukraine sera de renforcer l’argument selon lequel l’invasion russe du 24 février était une agression et la guerre qui s’ensuivit illégale. Cela peut avoir des effets considérables en termes de demandes de réparation contre la Russie à plus long terme. C’est donc bien plus qu’un exercice académique.

Mais la raison pour laquelle la convention sur le génocide a été invoquée est que toutes les autres voies du droit international pour confirmer avec autorité que l’acte de la Russie le 24 février constituait une agression ont été jugées ou sont fermées à l’Ukraine en raison de la position de la Russie au Conseil de sécurité. La convention sur le génocide donne compétence à la CIJ pour interpréter la convention sur le génocide. Étant donné que la Russie n’a pas accepté la juridiction obligatoire de la CIJ mais ne peut s’y opposer à cette occasion car elle découle de la convention sur le génocide, cette affaire est probablement le meilleur moyen pour l’Ukraine d’atteindre l’objectif d’avoir un tribunal international ayant autorité pour réfuter la Argument russe pour l’invasion.

Cela ne signifie pas qu’un génocide est en cours en Ukraine. Cela fait partie d’une stratégie juridique (intelligente) de la part de l’Ukraine afin de coincer la Russie et de renforcer le dossier juridique de l’Ukraine selon lequel la guerre est une agression illégale.

Robin-Ivan Capar est contributeur et éditeur de Norway\.mw.

Source : #Norway\.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous un conseil d’actualité pour Norway\.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous au info@norwaytoday.no