Trois Norvégiens sur dix pensent qu'il devrait être permis de brûler des symboles religieux, selon une nouvelle étude - 3
Photo : Geir Eriksen / NTB

Trois Norvégiens sur dix pensent qu’il devrait être permis de brûler des symboles religieux, tandis que 49% sont contre, selon une enquête sur les opinions des Norvégiens sur la liberté d’expression.

Répartis par affiliation partisane, la majorité des personnes complètement ou partiellement favorables votent pour le Parti du progrès (FRP) (44,9%), écrit le journal Aftenposten.

Allez voir les Baleines en Catamaran

L’Institut de recherche sociale (Institutt for samfunnsforskning) a réalisé l’étude pour le compte de Fritt Ord. Le livre « La liberté d’expression dans un nouveau public » décrit les attitudes de la population face à la liberté d’expression.

La plupart (60,8%) des électeurs du Parti travailliste (AP) ne pensent pas qu’il devrait être permis de brûler des symboles religieux.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

Il ressort également que 43 % des Norvégiens sont entièrement ou partiellement d’accord pour dire que soutenir le droit de quelqu’un à s’exprimer en tant que raciste est aussi mauvais qu’être raciste.

Différents groupes

Les personnes qui mettent l’accent sur le potentiel nocif de l’expression votent plus souvent pour des partis de gauche. Ce sont plus souvent des femmes, montre l’étude.

Un large groupe de gauche estime qu’il devrait y avoir beaucoup de place pour l’expression et que c’est le cas en Norvège aujourd’hui. Beaucoup d’entre eux ont voté pour le Parti rouge et le Parti de la gauche socialiste (SV).

Il y a aussi un groupe qui valorise la liberté d’expression mais estime que l’espace d’expression est trop étroit. Il est aussi plus critique envers les médias d’information traditionnels et vote plus souvent pour le FRP. Les hommes âgés de 30 à 59 ans sont surreprésentés dans le groupe.

Source : © NTB Norway\.mw / #Norway\.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous un conseil d’actualité pour Norway\.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous au info@norwaytoday.no