Le FHI norvégien veut examiner les eaux usées pour détecter le coronavirus - 3
Photo : Fredrik Hagen / NTB

L’enquête sur les eaux usées a déjà révélé la consommation de drogue. Désormais, les chercheurs veulent utiliser les eaux usées pour détecter le coronavirus.

Les eaux usées nauséabondes peuvent, en fait, donner des indices sur l’augmentation de l’infection et le type de variante. Cela peut être particulièrement utile maintenant que les exigences relatives aux tests corona ont été assouplies.

Allez voir les Baleines en Catamaran

En Suède, des chercheurs travaillent sur un projet similaire depuis plus d’un an. Les eaux usées sont testées à Stockholm, Göteborg et Malmö. Le Danemark, la Finlande et les Pays-Bas effectuent également une telle surveillance des eaux usées.

L’Institut national de santé publique (FHI) travaille actuellement sur un projet test en Norvège. Dans un premier temps, les eaux usées de Tromsø, Trondheim, Bergen, Oslo et de la région d’Ullensaker/Gardermoen seront testées.

Allez voir les Baleines en Catamaran

Les matières fécales et les sécrétions des personnes infectées sont rejetées dans les eaux usées, qui sont acheminées vers les stations d’épuration de la municipalité. Dans le cadre du projet, des échantillons sont prélevés sur des eaux usées non traitées.

Le FHI veut utiliser des échantillons pour cartographier de nouvelles variantes de virus et la composition génétique des virus dans l’échantillon.

Source : © NTB Norway\.mw / #Norway\.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous un conseil d’actualité pour Norway\.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous au info@norwaytoday.no