DN comprend correctement la Commission des énergies alternatives - 3

L’Alternative Energy Commission (AEK) a présenté son rapport le 8 novembre, commenté comme suit dans l’éditorial de DN intitulé Imagination Commission’s recommendations : « L’Alternative Energy Commission estime que l’électricité est si précieuse qu’elle doit être vendue à bas prix. »

C’était probablement censé être ironique, mais DN ici a frappé précisément ce que la commission voulait dire. L’hydroélectricité est devenue un avantage concurrentiel pour la Norvège précisément parce qu’elle était moins chère que l’électricité dans les pays avec lesquels nous étions en concurrence. L’avantage est en train de disparaître, car nous nous sommes connectés aux zones de prix les plus élevées d’Europe : l’Allemagne et la Grande-Bretagne. Les câbles vers ces pays ne sont pas des câbles d’exportation pour l’électricité, ce sont des câbles d’importation pour des prix d’électricité plus élevés. Ils sont également censés être recherchés par l’industrie de l’énergie et construits par Statnett.

La conséquence est que les entreprises norvégiennes perdent de leur compétitivité. DN ne semble pas s’en préoccuper.

DN affirme qu’Industriaksjonen est « une organisation de combat qui veut retirer la Norvège du marché européen de l’électricité ». Erreur. AEK ne « coupera pas les câbles » ni ne cessera d’échanger de l’électricité avec d’autres pays.

Ce que l’AEK propose, c’est de séparer le flux physique d’électricité entrant/sortant du pays de la façon dont le prix de l’électricité est fixé. L’AEK souhaite que l’électricité en Norvège soit tarifée en fonction du coût majoré, c’est-à-dire du coût de production avec une majoration pour les coûts d’investissement, la maintenance/la mise à niveau et les bénéfices – comme le propose la présidente de la Commission européenne, Ursula van der Leyen, pour l’UE. La « Commission Imaginaire » est en bonne compagnie.

Au cours des dix dernières années avant la crise des prix, le prix de l’électricité en Norvège était d’environ 30 øre/kWh, et l’industrie électrique a versé des milliards de dividendes à l’État, aux comtés et aux municipalités. Autoriser les prix de l’électricité qui envoient les ménages sur Nav et de plus en plus d’entreprises devant le tribunal des faillites est une sorte de harakiri national. Les prix exorbitants de l’électricité ouvrent également la voie à de nouvelles attaques des barons du vent contre ce qui nous reste de nature intacte.

L’électricité n’est pas une marchandise au même titre que la pizza et les pommes de terre. L’énergie est un intrant dans toute production de biens et dans la plupart des services. Lorsque les prix de l’électricité deviennent des bananes, tout le reste devient également plus cher. Cela signifie que la banque centrale augmente le taux d’intérêt. La mesure la plus efficace pour maîtriser l’inflation est de faire baisser les prix de l’électricité là où ils doivent être, sur le coût majoré.

Les propriétaires des compagnies d’électricité doivent assumer leurs responsabilités. Et c’est nous qui achetons l’électricité qui en sommes propriétaires, via les communes, les départements et l’Etat. Il est temps que nous exercions le pouvoir de propriété, ce que nous pouvons faire lors des élections de 2023 et 2025. Et la gouvernance d’entreprise est conforme aux principes de DN, n’est-ce pas ?(Conditions)Copyright Dagens Næringsliv AS et/ou nos fournisseurs. Nous aimerions que vous partagiez nos cas en utilisant des liens, qui mènent directement à nos pages. La copie ou d’autres formes d’utilisation de tout ou partie du contenu ne peuvent avoir lieu qu’avec une autorisation écrite ou dans la mesure permise par la loi. Pour plus de termes voir ici.