L'Autorité norvégienne de la concurrence inflige une amende de plus d'un demi-milliard à cinq acteurs du marché du livre - 3

L’affaire est mise à jour.

L’Autorité norvégienne de la concurrence inflige une amende de 545 millions NOK aux quatre plus grands éditeurs norvégiens et à Bokbasen pour violation de la loi sur la concurrence. Les éditeurs en question sont Aschehoug, Cappelen Damm, Gyldendal et Vigmostad and Bjørke.

C’est ce qui ressort d’un communiqué de presse de l’autorité de tutelle mardi matin.

« Les joueurs ont illégalement échangé les prix futurs des livres et d’autres informations sensibles sur le plan de la concurrence par le biais d’un abonnement à Bokbasen », indique le rapport.

– Grâce à l’enquête, l’Autorité norvégienne de la concurrence a trouvé de nombreuses preuves que les éditeurs ont partagé des informations sensibles sur le plan de la concurrence dans une base de données à laquelle ils avaient tous accès. Cela a donné aux acteurs une vue d’ensemble complète du comportement de chacun sur le marché et a peut-être amené les consommateurs à payer des prix plus élevés pour les livres, explique Tina Søreide, directrice de la concurrence.

Bokbasen commercialise plusieurs types d’abonnements et c’est donc à l’abonnement Mentor Forlag que s’applique ce cas. L’Autorité estime que Bokbasen a facilité l’échange d’informations sensibles sur le plan de la concurrence grâce à cet abonnement.

Sous le choc

Gyldendal écrit dans une annonce boursière qu’ils « sont fondamentalement en désaccord avec l’évaluation de l’autorité » et qu’ils suivront l’affaire plus avant. Aschehoug signale également qu’elle fera appel de la décision. Un délai de recours de six mois a été fixé. La plainte est traitée par le Conseil des plaintes en matière de concurrence.

– Nous sommes choqués par la qualité du travail de l’Autorité de la concurrence et attendons avec impatience que la décision soit traitée par la Commission d’appel de la concurrence, déclare Mads Nygaard, PDG et éditeur d’Aschehoug, dans un communiqué de presse.


PDG d'Aschehoug Mads Nygaard.

PDG d’Aschehoug Mads Nygaard. (Photo : Beate Oma Dahle/NTB)

Gyldendal pense que Bokbasen donne à chacun un accès public et égal aux informations sur toutes les publications de livres, et estime qu’il est absolument essentiel de « donner à la population un large éventail de littérature ».

– Il n’est pas conçu pour échanger des informations sensibles sur le plan concurrentiel, n’est pas adapté à cela et n’a pas été utilisé à cette fin. Rien non plus ne montre un tel comportement de la part des parties impliquées », déclare Tørres Thuv, PDG de Gyldendal dans un autre message.

Cappelen Damm reçoit une amende de 131,4 millions de NOK, tandis que l’amende de Vigmostad et Bjørke est de 92,6 millions de NOK. Gyldendal et Aschehoug reçoivent respectivement des amendes de 252,1 et 64,6 millions de NOK.

Bokbasen, qui, selon l’Autorité norvégienne de la concurrence, était responsable de la plateforme d’abonnement où le partage illégal des prix a eu lieu, a été condamné à une amende de 4,1 millions de NOK. La directrice générale Tone Løyland a déclaré qu’elle s’efforçait de se familiariser avec la décision et qu’elle ne commenterait pas encore l’amende.

Depuis 2009

La surveillance des acteurs de l’industrie du livre remonte à 2018, lorsqu’en janvier de la même année, l’Autorité norvégienne de la concurrence a procédé à la sécurisation des preuves chez les cinq acteurs.

Suite à l’obtention des preuves, un certain nombre d’enregistrements explicatifs ont été effectués et ce que l’Autorité norvégienne de la concurrence décrit comme un examen approfondi du matériel papier et informatique. Les acteurs ont ensuite été notifiés de frais d’infraction pour collaboration illégale à l’automne 2020.

Les cinq joueurs se sont mis d’accord en janvier de l’année suivante. Les amendes ont ensuite été ajustées pour refléter les chiffres d’affaires de l’année dernière pour les différents acteurs.

L’autorité estime que l’échange d’informations se poursuit depuis 2009, et le directeur du département, Gjermund Nese, a déclaré à DN que l’enquête approfondie a conduit l’autorité à conclure que les éditeurs ont collaboré illégalement.

– Gyldendal décrit un service complètement ouvert et utile avec des informations sur les livres. Gyldendal a-t-il tort ?

– Cela s’applique à un abonnement spécial à Bokbasen, avec des prix futurs. Les joueurs ont eu un accès complet, mais il s’agit d’informations sensibles sur le plan de la concurrence qui ne doivent pas être partagées entre concurrents. C’est notre point de départ. Nous avons de nombreuses preuves que les éditeurs ont à la fois saisi et extrait des informations sensibles à la concurrence, déclare Nese.

« Ça va être un cirque »

– L’annonce choc d’aujourd’hui dans l’industrie du livre, déclare l’éditeur Arno Vigmostad chez Vigmostad & Bjørke.

– Nous ne comprenons pas à la fois la conclusion, la justification et la redevance de l’Autorité de la concurrence, poursuit-il.

– Pourquoi?

– Tout d’abord, c’est ce qu’ils ont mis en place. Nous avons passé deux ans à donner à l’autorité des réponses à leurs questions. Ce qui vient d’eux maintenant est presque textuellement la même décision qu’ils ont rendue en 2020.

– Qu’est ce que tu fais après?

– Cela fera l’objet d’un appel. Ce sera probablement un cirque à l’avenir.

– Quelles conséquences cela aura-t-il pour vous si les frais restent ?

– Moi et Arnstein sommes les seuls dans cette industrie à posséder le lieu de travail où nous travaillons. C’est notre portefeuille personnel qui va au-delà, et ce n’est pas un problème. Nous pensons que nous n’avons rien fait de mal, mais si la décision est confirmée, nous ferons amende honorable et passerons à autre chose, déclare Vigmostad, faisant référence à son compagnon Arnstein Bjørke.


Propriétaires Arnstein Bjørke et Arno Vigmostad à Forlagshuset Vigmostad & Bjørke.

Propriétaires Arnstein Bjørke et Arno Vigmostad à Forlagshuset Vigmostad & Bjørke. (Photo : Photo : Eigil Korsager / Vigmostad & Bjørke.)

– Les victimes dans cette affaire sont le consommateur, selon l’Autorité norvégienne de la concurrence. Qu’aimeriez-vous dire aux lecteurs de livres du pays ?

– Cela va aux accusations de collusion sur les prix. Personne ne veut des prix plus élevés pour les consommateurs. Lorsque des livres doivent être publiés, il faut qu’il y ait des prix pour que les libraires puissent les accepter. Nous avons publié les informations nécessaires.

– L’Autorité norvégienne de la concurrence parle de coordination des prix. Avez-vous coordonné les prix?

– Il me sera difficile de répondre. C’est dans Bokbasen Mentor, un système que nous n’avons pas aidé à développer. Dans mon monde, il s’agit d’informations nécessaires aux libraires, mais c’est le nœud de l’argument. Je ne suis pas affaibli dans ma conviction que nous n’avons rien fait de mal.

– Porterez-vous l’affaire devant les tribunaux, si la décision est confirmée ?

– Le montant est si important que la réponse se donne, dit Vigmostad.

« Attaque non provoquée »

Cappelen Damm prévient également qu’ils feront appel de la décision.

– L’autorité norvégienne de la concurrence déclare dans la décision que Cappelen Damm, avec d’autres éditeurs, a utilisé Bokdatabasen AS comme outil de surveillance du marché des prix et des publications. Pour Cappelen Damm, une telle description de la réalité semble complètement absurde, déclare Tom Harald Jenssen, directeur général de Cappelen Damm.

Dans le communiqué de presse, l’éditeur écrit que Bokbasen « crée une infrastructure pour de nouvelles solutions numériques dans les maisons d’édition, les librairies, les bibliothèques et les écoles ».


PDG Tom Harald Jenssen à Cappelen Damm.

PDG Tom Harald Jenssen à Cappelen Damm. (Photo: Mikaela Berg)

– La production de métadonnées liées aux publications de livres norvégiens est au cœur de l’activité de Bokbasen et inestimable pour les librairies et les détaillants en ligne, écrit l’éditeur.

– La décision de l’Autorité norvégienne de la concurrence implique une attaque sans fondement contre l’industrie norvégienne du livre, déclare Jenssen dans le rapport. (Conditions)Copyright Dagens Næringsliv AS et/ou nos fournisseurs. Nous aimerions que vous partagiez nos cas en utilisant des liens, qui mènent directement à nos pages. La copie ou d’autres formes d’utilisation de tout ou partie du contenu ne peuvent avoir lieu qu’avec une autorisation écrite ou dans la mesure permise par la loi. Pour plus de termes voir ici.