- Les ménages rongent les économies qu'ils ont réalisées grâce à la pandémie - 3

L’économie norvégienne a connu une croissance nulle en octobre, mesurée par le produit national brut (PNB) de la Norvège continentale. C’est ce que montrent les nouveaux chiffres de Statistics Norway mardi matin. La pêche et le piégeage, y compris une première pêche au maquereau, ont contribué à réduire les effectifs.

Cela fait un mois et demi qu’Octobre a été clos. Depuis lors, Norges Banks a présenté le dernier rapport de l’année du réseau régional, dans lequel des entreprises et des dirigeants communautaires répondent à des questions sur les perspectives économiques. Bref, ils expriment que l’activité sera moindre tout au long de l’hiver.

L’économiste en chef Marius Gonsholt Hov de Handelsbanken voit la même chose.

– Les flèches pointent clairement vers le bas pour les six prochains mois. Je pense que nous verrons un revers de l’économie norvégienne pendant l’hiver, dit-il.

– Pas une donnée que la Norges Bank doive lever

L’économie norvégienne s’est remise de plusieurs mois de taux de chômage historiquement bas, d’un taux d’activité élevé et d’une activité industrielle en constante augmentation. Les banques centrales du monde entier augmentent maintenant les taux d’intérêt pour faire baisser l’inflation et empêcher l’économie de tourner trop fort.

La Norges Bank prend en compte un certain nombre de chiffres clés, de rapports et d’enquêtes sur les attentes avant de fixer le taux d’intérêt. Nous aurons la réponse jeudi.

– Bien que nous soyons dans une situation où le niveau d’activité ici et maintenant est supérieur à ce que la Norges Bank avait prévu, nous voyons que le redressement peut être plus fort et plus brusque que la Norges Bank ne l’avait envisagé, déclare Hov.

Parmi les économistes, il y a un large consensus sur le fait que les taux d’intérêt seront relevés jeudi. Hov et Handelsbanken le pensent aussi, mais l’économiste en chef pense que la banque centrale n’en a pas besoin.

– Personnellement, je pense qu’ils n’ont pas besoin de faire ça. Je pense que nous voyons des signes clairs que le taux d’intérêt commence à mordre si fort qu’il n’est pas certain que la Norges Bank devra le relever. Je pense qu’ils suivront la stratégie qu’ils ont définie en septembre, mais je pense en tout cas qu’ils présenteront une trajectoire de taux d’intérêt avec un pic plus bas que la dernière fois, dit-il.

La trajectoire des taux d’intérêt est la prévision de la Norges Bank concernant l’évolution future des taux d’intérêt.

Taux d’épargne négatif

Il y a un peu moins d’une semaine, Statistics Norway a présenté les chiffres du taux d’épargne des ménages norvégiens. Si vous retirez les dividendes de l’équation, le taux d’épargne était négatif au troisième trimestre. Cela contraste avec les trimestres précédents où les Norvégiens ont augmenté leur épargne pendant la pandémie avec des frontières fermées et une vie nocturne lente.

– Pour les ménages, la consommation est supérieure au revenu. Les ménages rongent les économies qu’ils ont réalisées grâce à la pandémie, dit Hov.

Dans le grand tableau macro où vous voyez les ménages dans leur ensemble, les Norvégiens ont la possibilité de réduire leur consommation, selon l’économiste en chef, mais :

– Il ne fait guère de doute que les économies ne sont pas réparties de manière égale. Certains de ceux qui ont eu la vie la plus difficile seront désormais également confrontés à une période très exigeante, dit-il.

Se balance un peu

La pêche au maquereau a généralement lieu au mois d’octobre, mais est arrivée plus tôt cette année. Hors pêche, la croissance de l’économie norvégienne a été de 0,2 %, exactement comme les économistes l’avaient prévu.

Les chiffres mensuels fluctuent quelque peu d’un mois à l’autre. Par conséquent, Statistics Norway estime qu’il convient d’évaluer l’évolution sur une période de trois mois. Sur la base de l’évolution de la période mai-juillet à août-octobre, la croissance a été de 1,1 %.

– Si vous regardez l’évolution du PIB de la Norvège continentale au cours des trois derniers mois, il y a eu une croissance relativement élevée, dit Sletten.

Hormis la baisse des échanges de biens, le secteur des services a progressé de près de 0,3 point de pourcentage, selon le chef de section. Il y a eu une croissance, entre autres, des services aux entreprises, des TIC et des services de santé.(Conditions)Copyright Dagens Næringsliv AS et/ou nos fournisseurs. Nous aimerions que vous partagiez nos cas en utilisant des liens, qui mènent directement à nos pages. La copie ou d’autres formes d’utilisation de tout ou partie du contenu ne peuvent avoir lieu qu’avec une autorisation écrite ou dans la mesure permise par la loi. Pour plus de termes voir ici.