Equinor modernisera et électrifiera l'usine à gaz de Melkøya pour 13 milliards - 7

Equinor modernisera et électrifiera l'usine à gaz de Melkøya pour 13 milliards - 9

Les plans de développement sur le plateau continental norvégien se sont succédé ces dernières semaines, avant l’échéance du paquet fiscal favorable sur le pétrole à la fin de l’année.

Mardi, le ministre du Pétrole et de l’Énergie, Terje Aasland, recevra un autre projet : cette fois, c’est Equinor qui présente des plans pour l’usine à gaz de Melkøya, à l’extérieur de Hammerfest, qui sera à la fois modernisée et alimentée en énergie propre au lieu d’utiliser des turbines à gaz comme elle l’a fait. fait jusqu’à présent.

L’investissement total dans Snøhvit Future, comme le projet est appelé, est estimé à 13,2 milliards de NOK, selon un communiqué du gouvernement.

Une partie du projet est la compression du gaz à l’usine, qui reçoit le gaz du grand champ de Snøhvit dans la mer de Barents et le refroidit sous forme liquide (GNL) pour l’exportation par bateau. Le deuxième volet, longuement discuté par l’entreprise, concerne l’électrification de l’ensemble de l’installation, qui est l’un des plus gros points d’émission de Norvège.

Le grand projet d’électrification

Le remplacement de l’électricité au gaz sur les installations pétrolières et gazières offshore – mais aussi sur terre comme ici – est une mesure nécessaire si la Norvège et l’industrie pétrolière veulent atteindre leurs objectifs de réduction des émissions en 2030. Mais avec les prix élevés de l’électricité de l’année dernière, et la perspective que l’excédent énergétique de la Norvège puisse se transformer en déficit d’ici quelques années, n’est pas sans controverse. L’électrification est un sujet qui divise la Norvège politique, jusqu’au gouvernement où le Parti du centre est sceptique.

Dans le cas de Melkøya, l’électrification réduira 850 000 tonnes de CO2 par an, ce qui correspond à environ 2 % des émissions totales de la Norvège. Mais c’est aussi le projet d’électrification de l’industrie pétrolière qui nécessitera actuellement le plus d’électricité, avec environ trois térawattheures par an. La puissance de sortie de 300 mégawatts est presque la même que celle requise pour l’ensemble du cluster de plates-formes sur Utsirahøyden, qui comprend le champ géant Johan Sverdrup.

Une ligne électrique de plus de 50 kilomètres a en fait reçu une licence en 2012, mais l’Agence norvégienne des ressources en eau et de l’énergie (NVE) a déclaré en septembre qu’un tel projet devrait avoir des conséquences plus importantes que prévu pour l’élevage de rennes dans la région. Il était également prévu qu’une telle ligne contribue aux besoins en électricité de la plate-forme offshore Wisting, mais Equinor a décidé en novembre de reporter ce projet pétrolier controversé en raison d’un écart de coût important et du risque de poursuite de l’inflation.

Prolonge la production maximale

En ce qui concerne la production réelle de gnl sur Melkøya, la compression contribuera à prolonger de plusieurs années la période de capacité maximale. Hammerfest Lng est l’installation de GNL la plus septentrionale du monde, mais aussi la seule de son genre en Europe occidentale. Il représente normalement 4 à 5 % de la production de gaz de la Norvège, qui est autrement principalement acheminée vers l’Europe et la Grande-Bretagne dans des canalisations.

Cependant, cela n’a pas été le cas cette année. Un incendie dramatique en septembre 2020 a obligé Melkøya à rester fermée jusqu’à juste avant l’été de cette année. Avant cela, l’installation ne livrait pas une seule cargaison sur un marché historiquement fort où les clients européens surenchérissaient sur les clients asiatiques pour obtenir le plus de livraisons possible. Mais Equinor et les autres producteurs de gaz du NCS ont par ailleurs exporté autant que possible par des conduites.

La décision d’investissement sur Melkøya est par ailleurs prise quelques heures seulement après que l’UE est parvenue à un accord sur un prix plafond pour le gaz. Cependant, c’est bien au-dessus du niveau actuel des prix en Europe, et Equinor a déclaré plus tôt mardi que la société ne s’attend pas à ce qu’il y ait des conséquences pour la production et les exportations dans la situation actuelle.

Le démarrage du compresseur sur Melkøya et la transition vers l’exploitation électrique sont prévus pour 2028. Melkøya a initialement démarré en 2007. Le champ de Snøhvit a été découvert en 1984 et a été le premier champ à être mis en service dans la mer de Barents.

Les investissements dans Snøhvit Future sont répartis à peu près également entre la compression et l’électrification.

Les détenteurs de droits à Snøhvit sont l’opérateur Equinor avec 37 %, Petoro avec 30 %, Totalenergies avec 18 %, Neptune Energy avec 12 % et Wintershall Dea avec 3 %.(Conditions)Copyright Dagens Næringsliv AS et/ou nos fournisseurs. Nous aimerions que vous partagiez nos cas en utilisant des liens, qui mènent directement à nos pages. La copie ou d’autres formes d’utilisation de tout ou partie du contenu ne peuvent avoir lieu qu’avec une autorisation écrite ou dans la mesure permise par la loi. Pour plus de termes voir ici.