Le traitement réservé par la Norvège au peuple autochtone sami ridiculise son image progressiste - 3

Le 1er mars, les médias du monde entier ont annoncé que Greta Thunberg avait été arrêtée à Oslo alors qu’elle manifestait contre des éoliennes. Ce n’est pas que la militante pour le climat ait soudainement pris position contre les énergies renouvelables. Au contraire, elle s’était jointe à des activistes qui défendaient la demande des populations indigènes de pouvoir continuer à pratiquer leur culture à Fosen, dans le centre de la Norvège. Depuis des centaines d’années, cette terre abrite des éleveurs de rennes, une tradition importante qui contribue à préserver la langue menacée des Samis. Pourtant, aujourd’hui, l’implantation à Fosen d’éoliennes, qui effraient les rennes, remet en question la poursuite de cette tradition.

Il y a 500 jours, la Cour suprême de Norvège a jugé que les éoliennes constituaient une violation des droits des populations autochtones en vertu des conventions internationales. Pourtant, elles sont toujours en service, même après l’éphémère attention portée par les médias au rôle de Thunberg dans la protestation. Une fois de plus, le gouvernement norvégien a prouvé qu’il restait indifférent à la vie des Samis.

« Ce qui se passe en Norvège ne me surprend pas. [there’s] Ce qui se passe en Norvège ne me surprend pas – ce double standard qui consiste à travailler à la protection des groupes indigènes dans le monde et à se présenter comme une nation progressiste, alors qu’elle se fiche éperdument des peuples indigènes qui vivent à l’intérieur de ses propres frontières », me dit Elle Rávdná Näkkäläjärvi. Entre l’élevage de rennes et ses études, cette jeune femme de vingt-deux ans dirige le comité des jeunes du Parlement sami et est membre du conseil d’administration du groupe de jeunes de l’Association samie norvégienne. Pendant les huit jours de protestation à Oslo, elle s’est tenue aux côtés de ses frères et sœurs samis. « Nous y sommes habitués, mais cela n’en est pas moins injuste. Il est temps que la Norvège tombe le masque. Il est temps que le reste du monde voie la Norvège pour ce qu’elle est vraiment », dit-elle.

De l’extérieur, le pays scandinave est souvent perçu comme une social-démocratie progressiste. Mais, comme le suggèrent les commentaires de Elle, une histoire beaucoup moins racontée est celle de son passé colonial, qui a également frappé les populations indigènes en Norvège même.

Ce que le gouvernement préfère oublier, mais pas le peuple sami, c’est le système de répression par lequel l’État norvégien a entrepris d’assimiler cette population à partir des années 1850.

La religion samie avait déjà été réprimée sous le régime danois pendant les années d’union de la Norvège avec le Danemark. Lorsque les deux pays se séparent en 1814 et que la Norvège s’unit à la Suède, la question de l’identité norvégienne prend de l’importance, de même que l’idée que les Samis sont culturellement et racialement inférieurs.

L’une des premières mesures de la politique dite de norvégianisation de l’État a consisté à supprimer progressivement l’utilisation de la langue samie. Au tournant du siècle, la langue est officiellement interdite dans les établissements d’enseignement, et de nombreuses écoles soumettent les enfants à des châtiments physiques s’ils conversent en sami. En 1901, des internats ont été créés pour isoler les enfants de ce qui était considéré comme un mode de vie inférieur. À cette époque, le gouvernement avait également commencé à introduire des noms de lieux norvégiens pour remplacer les noms samis, dans le but de priver ces régions de leur lien avec les personnes qui y avaient vécu bien avant que les frontières nationales n’existent.

Les efforts d’assimilation se poursuivront bien après 1905, année de l’indépendance de la Norvège vis-à-vis de la Suède. L’année 1956 est souvent décrite comme le tournant de cette histoire, en raison de la création, cette année-là, du Conseil sami, mis en place par le ministère des affaires ecclésiastiques et de l’éducation, qui s’est efforcé de sauvegarder les droits des Samis. Mais il faudra attendre quarante et un ans pour que le roi de Norvège devienne le premier représentant de l’État à s’excuser pour l’injustice qu’il avait « infligée au peuple sami par la dure politique de norvégianisation ». Des décennies plus tard, l’actuel premier ministre, Jonas Gahr Støre, s’est efforcé de faire de même.

En ce qui concerne les parcs éoliens, les Samis se sont déjà battus et ont obtenu gain de cause devant les tribunaux en 2021, treize ans après avoir commencé à s’opposer à la construction des parcs éoliens. Ironiquement, le gouvernement a mis en place une Commission Vérité et Réconciliation en 2018, non seulement pour enquêter sur la politique d’assimilation de l’État et ses conséquences, mais aussi pour établir des mesures favorisant une plus grande égalité pour les minorités en Norvège. L’enquête sera bientôt publiée.

Lorsqu’il s’est agi d’enlever les éoliennes, les Samis ont dû recourir à la désobéissance civile pour attirer l’attention du gouvernement. Le 23 février, des manifestants ont occupé la réception du ministère du pétrole et de l’énergie et ont bloqué les entrées de plusieurs autres ministères à Oslo.

« Les droits indigènes sont des droits de l’homme. Vous ne pouvez pas les mettre en balance avec quoi que ce soit d’autre », déclare Jostein Tennø Loe, 16 ans, représentant du conseil de la jeunesse socialiste. Il a été l’un des premiers militants à être arrêté devant le ministère des finances. Alors qu’ils étaient emmenés, les passants pouvaient entendre le son du joik, le chant traditionnel sami autrefois réprimé par les efforts d’assimilation du gouvernement. « Lorsque la Norvège, en tant qu’État démocratique, ignore les droits de l’homme et la Cour suprême cinq cents jours après l’arrêt, il y a quelque chose qui ne va pas du tout », déclare M. Jostein. Pour les Samis, qui ne sont pas étrangers aux conflits fonciers, la décision de la Cour en leur faveur est arrivée un siècle trop tard, mais les cinq cents jours qui ont suivi n’ont été rien d’autre qu’une gifle.

L’élevage de rennes n’est pas seulement un élément important de leur culture, c’est aussi un domaine crucial pour les Samis de Fosen, qui peuvent ainsi pratiquer leur langue. Si l’on considère que le gouvernement norvégien est le seul responsable de l’extinction de cette langue, l’absence de remords du premier ministre est accablante.

Alors que le mouvement de protestation prenait de l’ampleur au cours des derniers jours de février, les activistes ont réussi à attirer l’attention de la Norvège. Pourtant, les manifestations se sont poursuivies pendant une semaine entière avant que Støre ne présente enfin ses excuses et reconnaisse que le gouvernement avait violé les droits des Samis. « Des excuses sont le premier pas vers le changement, mais elles ne signifient rien si elles ne sont pas suivies d’actions », déclare-t-elle. Après tout, les éoliennes n’auraient jamais dû être construites, car le développement a commencé avant qu’une décision officielle ne soit prise. « Pour croire en des excuses, il faut avoir confiance, et je ne fais confiance ni à Støre ni au reste du gouvernement.

Entre-temps, le débat public autour de l’affaire Fosen a mis en lumière les préjugés qui perdurent bien après l’époque de la politique d’assimilation. La Norvège est le septième pays le plus riche du monde, et Statkraft, l’entreprise publique d’énergie renouvelable responsable des turbines, a réalisé plus d’un milliard de dollars de bénéfices au cours du seul dernier trimestre 2022 : près de 15 millions de dollars de bénéfices par jour, alors que le coût estimé du démantèlement des turbines est de l’ordre de 100 000 à 200 000 dollars. Pourtant, aujourd’hui, les Samis doivent regarder les dirigeants norvégiens et leurs concitoyens mettre en balance leurs droits de l’homme et ces maigres coûts.

Pour ceux qui critiquent le coût environnemental de la suppression d’une source d’énergie renouvelable, cet argument comporte également une pointe d’ironie. Outre le fait que la richesse de la Norvège repose essentiellement sur les combustibles fossiles, les principaux écologistes du pays ont eux-mêmes approuvé les manifestations. Des membres de la plus grande organisation environnementale de la jeunesse norvégienne figuraient parmi les manifestants qui occupaient le ministère de l’énergie, et le parti vert du pays a également fait sentir sa présence. « Le virage vert doit et peut se faire en même temps que nous mettons fin et réparons les violations imposées aux peuples indigènes et aux minorités nationales de Norvège depuis des centaines d’années », a déclaré Anna Kvam, représentante adjointe du parti vert au conseil municipal d’Oslo. Pour que le gouvernement prouve son engagement en faveur des droits des indigènes, elle suggère d’éteindre les éoliennes jusqu’à ce qu’elles puissent être démontées.

Aujourd’hui encore, les conséquences de la politique d’assimilation sont largement ressenties, mais le gouvernement norvégien continue de faire des pieds et des mains pour échapper à ses responsabilités. Fosen est le dernier exemple en date, mais comme le signale le Minority Rights Group International, il existe un problème plus large de réduction des terres d’élevage. Avant même que Fosen ne fasse la une des journaux, le Comité des droits de l’homme des Nations unies a exhorté le gouvernement norvégien à désigner une zone où les Samis de l’Est pourraient élever leurs rennes, mais en vain. Entre-temps, le Parlement sami norvégien, qui défend les droits et les préoccupations de cette communauté, souffre d’un manque de financement alors que le gouvernement est tenu par la constitution de « contribuer à créer les conditions permettant au peuple sami de préserver et de développer sa langue, sa culture et son mode de vie ».

Un commentaire de Runar Myrnes Balto, de l’Association norvégienne des Samis, se demande comment le Parlement sami, avec un budget inférieur à celui de l’opéra d’Oslo, est censé être responsable de la préservation des langues et de la culture samies (y compris les musées, les théâtres, les festivals, la littérature et les artistes), tout en représentant les Samis dans tous les domaines qui les concernent aux niveaux national, régional et local.

De toute évidence, le premier ministre n’a pas que l’affaire Fosen à régler s’il veut se réconcilier avec les peuples indigènes de Norvège. « L’histoire des Samis a été réduite au silence et rayée de l’histoire norvégienne. L’affaire Fosen aurait pu être médiatisée, mais il a fallu recourir à la désobéissance civile », explique-t-elle.

Les manifestations ont pris fin le 3 mars avec une commémoration devant le palais royal norvégien, alors que le gouvernement rencontrait le roi. À l’extérieur, des centaines de personnes se sont assises en union et ont écouté le joik qui emplissait la place. Les bleus et les rouges éclatants du costume sami s’illuminaient sur la toile de fond enneigée. L’événement était pacifique, mais les activistes portaient leurs costumes traditionnels samis. kofte (vêtements) à l’envers en signe de protestation silencieuse.

« La lutte n’est pas terminée et Støre sait que nous n’avons aucun problème à occuper à nouveau les bureaux du gouvernement, si nécessaire », déclare Elle. Dans quelques semaines, la Commission vérité et réconciliation du gouvernement présentera son enquête sur la politique d’assimilation de l’État, mais pour Elle, il est difficile de penser à un rapprochement à la lumière des violations continues des droits du peuple sami. « Le gouvernement doit démolir les éoliennes pour montrer qu’il prend la réconciliation au sérieux. Sinon, il est très difficile de lui faire confiance.