La Norvège devrait demander un moratoire mondial sur l'exploitation minière en eaux profondes - 3

L’auteur est biologiste marin et directeur général de la société à but non lucratif REV Ocean.

L’exploitation minière en haute profondeur est une pratique consistant à extraire des minéraux ou des métaux des fonds marins situés à des profondeurs importantes, souvent à des centaines ou des milliers de mètres sous la surface de l’océan. Cette forme d’exploitation minière a suscité des préoccupations en raison de ses impacts potentiels sur l’environnement et les communautés locales. En effet, l’exploitation minière en haute profondeur peut être techniquement complexe et coûteuse, nécessiter des infrastructures importantes, avoir un impact négatif sur les écosystèmes marins et présenter des risques pour la sécurité des travailleurs.

Les avertissements des scientifiques

Malgré les avertissements clairs des scientifiques sur le manque de connaissances nécessaires, le gouvernement norvégien étudie la possibilité d’une exploitation minière en eaux profondes dans les eaux arctiques. Si la Norvège va de l’avant, des licences d’exploration pourraient être accordées cette année à des entreprises privées, marquant ainsi le début d’une course à une nouvelle industrie extractive dans des eaux vulnérables. Il y a de multiples raisons pour lesquelles il s’agit d’une mauvaise idée.

Les grands fonds marins abritent une vie naturelle passionnante et diversifiée, comparable à celle que l’on trouve dans les forêts tropicales. Nombre de ces organismes ne se trouvent que dans les grands fonds et sont spécialement adaptés à la vie dans leur habitat unique. Nous risquons de perdre ces espèces à jamais, sans jamais savoir que certaines d’entre elles existent, ni comprendre le rôle important qu’elles jouent dans l’écosystème.

La biodiversité au coeur du sujet

Nous ignorons tout de l’environnement et de la biodiversité de 99 % de cette zone. Environ 90 % des espèces qui y vivent n’ont même pas été identifiées par la science. Comment évaluer les effets de l’exploitation minière sur des espèces, des habitats ou des écosystèmes inconnus ? C’est pourquoi plus de 700 experts en sciences marines et en politique de plus de 44 pays ont demandé un moratoire temporaire sur l’exploitation minière des fonds marins. Le Programme des Nations unies pour l’environnement, l’Union internationale pour la conservation de la nature, le Forum économique mondial, le Parlement européen et le Groupe de haut niveau pour une économie durable des océans ont également conclu que des recherches supplémentaires étaient nécessaires avant de pouvoir évaluer les conséquences de l’exploitation minière.

Ce que nous savons, c’est que des études indiquent que nous ne pouvons pas extraire des minéraux des fonds marins sans entraîner une perte nette de biodiversité. Imaginez les dommages qui résulteraient de la destruction de millions de kilomètres carrés d’habitats naturels, qui mettent des siècles, voire des millénaires, à se former.

De plus, les fonds marins stockent la plus grande quantité de carbone au monde. L’équilibre des océans en matière de carbone pourrait être affecté si les sédiments commençaient à remonter.

Les risques associés à l’exploitation minière des fonds marins sont donc énormes. Le contrôle est presque impossible. L’extraction aurait lieu dans un environnement extrêmement inhospitalier, et il n’existe pas de technologie éprouvée aujourd’hui pour y parvenir. Selon le Service géologique de Norvège, le gouvernement a surestimé les ressources disponibles dans les grands fonds marins et, pour autant que je sache, il n’existe aucune analyse fiable montrant que l’exploitation minière peut être rentable.

L’impulsion donnée par le gouvernement à l’exploitation minière en eaux profondes est faussement urgente. En réalité, les minéraux des fonds marins arriveront trop tard pour jouer un rôle essentiel dans la transition écologique. L’exploitation minière ne devrait pas commencer en Norvège avant 2035 au plus tôt, voire pas du tout. D’ici là, les besoins en minéraux devraient s’être stabilisés grâce aux nouvelles technologies et à l’augmentation du recyclage. De nombreux fabricants de batteries et entreprises technologiques s’associent donc aux scientifiques pour demander un moratoire sur cette activité. Microsoft, Google, Samsung, BMW, Volvo, Ford, Phillips, Freyr et Northvolt ont tous exclu les minéraux des grands fonds marins de leur chaîne de valeur.

En effet, tout pays qui se lance dans l’exploitation minière des fonds marins risque de voir sa réputation entachée. Une vague croissante de pays, dont les Fidji, la Nouvelle-Zélande, l’Allemagne, le Costa Rica, le Chili, l’Espagne, l’Équateur, la Finlande et la France, font pression pour interdire ou interrompre cette pratique. Le récent rapport du groupe d’experts de haut niveau a mis en garde contre l’exploitation minière en eaux profondes, qui va à l’encontre de la préservation d’une économie océanique durable et des objectifs de développement durable des Nations unies. La Commission européenne a également déclaré qu’elle interdirait cette pratique tant que les lacunes en matière de connaissances n’auront pas été comblées.

L’histoire nous a montré à maintes reprises que lorsque nous comprenons toutes les conséquences de nos activités industrielles, il est déjà trop tard. Le gouvernement norvégien doit soutenir un moratoire mondial sur l’exploitation minière des fonds marins jusqu’à ce que nous ayons acquis les connaissances nécessaires. C’est la bonne chose à faire.

Capital climatique