L'avenir électrique de l'Europe : Comment la Norvège a pris la tête des Véhicules Electriques - 3

Neuf voitures neuves sur dix vendues dans le pays sont électriques ou hybrides, contre moins de la moitié des voitures vendues dans l’UE. Quel est le secret de la Norvège ?

La Norvège mettra fin à la vente de nouvelles voitures à essence et diesel dans deux ans, soit dix ans avant l’Union européenne.

Le pays est le premier au monde pour l’adoption des véhicules électriques (VE), et ses routes donnent un aperçu de l’avenir de la mobilité en Europe.

Les VE représentent déjà plus de 20 % de l’ensemble des véhicules de tourisme dans le pays, et près de 84 % des nouveaux véhicules vendus. Si l’on compte les véhicules hybrides rechargeables, ce chiffre avoisine les 90 %, selon la Fédération routière norvégienne (OFV).

« À toutes fins utiles, toute autre voiture que la voiture électrique est tout simplement inintéressante pour l’acheteur moyen d’une nouvelle voiture », a déclaré son PDG, Øyvind Solberg Thorsen.

« Nous sommes le premier pays à tuer la voiture à combustion », a-t-il déclaré à Euronews Next.

Par contraste, moins de la moitié des nouvelles voitures vendues dans l’UE sont électriques ou hybrides. Comment la Norvège s’est-elle retrouvée en pole position ?

Les années 90 de l’électricité en Norvège

Selon Solberg Thorsen, l’aventure de la voiture électrique en Norvège a véritablement commencé dans les années 1990, lorsque le pays a commencé à soutenir la Think, un véhicule électrique compact conçu principalement pour la conduite urbaine, que Ford Motor a possédé pendant quelques années.

À l’époque, Think « a réussi à persuader le gouvernement norvégien de lui accorder des subventions et d’exonérer la voiture électrique de toutes les taxes automobiles », explique-t-il. « Les voitures électriques roulaient gratuitement sur les routes à péage, bénéficiaient d’un parking gratuit et d’un accès gratuit aux ferries ».

Les véhicules électriques à batterie ont également été exemptés des taxes sur la valeur ajoutée et des taxes à l’importation, qui sont traditionnellement élevées sur les voitures en Norvège.

Toutes ces mesures incitatives ont créé un environnement favorable à l’entrée de Think et de ses véhicules sur le marché.

Puis vint Tesla

Au départ, cependant, les voitures électriques à batterie ont eu du mal à s’imposer, « et ce n’est qu’avec l’introduction sur le marché de la Tesla Model S (en 2012-2013) que les choses ont vraiment commencé à bouger », a déclaré Solberg Thorsen, qui dirige la Fédération norvégienne de la route depuis 2006.

La voiture électrique Think City avait une autonomie relativement faible de 160 kilomètres et une vitesse maximale d’environ 100 km/h, tandis que la Tesla S offrait environ 426 km avec une seule charge et une vitesse maximale de 209 km/h, ainsi que plus d’espace et des caractéristiques plus luxueuses.

Au fur et à mesure que le succès de la Tesla Model S grandissait, d’autres constructeurs automobiles y ont vu une opportunité et ont eux aussi commencé à introduire des voitures électriques à batterie.

« C’est alors que tout a explosé », a déclaré Solberg Thorsen.

« Lorsque la Nissan Leaf, la E-golf et la Tesla Model S sont arrivées sur le marché, nous avons assisté à un véritable changement, et surtout de 2018 et 2019 jusqu’à aujourd’hui, il y a eu une très forte croissance ».

Le boom a incité le parlement norvégien à reconsidérer les incitations et les privilèges dont bénéficiaient les voitures électriques, mais « ils ont quand même convenu qu’il était très important de les conserver », et cela s’explique en partie par le fait que « bien sûr, la Norvège est un pays producteur de pétrole », a déclaré Solberg Thorsen.

« Nous pensions – et nous le pensons toujours – que l’électrification du trafic routier était l’un des principaux moyens d’atteindre l’accord de Paris.

L’Accord de Paris, un traité international juridiquement contraignant sur le changement climatique adopté en 2015, établit que les pays doivent limiter le réchauffement climatique à bien moins de 2 degrés Celsius par rapport aux niveaux préindustriels et limiter l’augmentation de la température à 1,5 °C par rapport aux niveaux préindustriels.

Les incitations à l’achat de VE en Norvège sont devenues un peu moins favorables ces dernières années qu’auparavant, a-t-il ajouté, mais une conscience environnementale croissante et une infrastructure de recharge plus robuste ont encouragé les Norvégiens à adopter les voitures électriques comme principal mode de transport.

Un réseau de recharge fiable

Selon la Fédération routière norvégienne et l’Association norvégienne des véhicules électriques, la « principale chose » à faire pour assurer une transition rapide et réelle vers le transport électrique est de mettre en place une infrastructure de recharge complète.

Une infrastructure de recharge peu fiable et des temps d’attente prolongés – en particulier pendant les périodes de forte demande – « ont été un problème dès le début », a déclaré Petter Haugneland, secrétaire général adjoint de l’Association norvégienne des véhicules électriques, à Euronews next : « Mais le problème est en train de s’atténuer.

Au début de la transition vers l’électrification, entre 2010 et 2015, il était « très difficile de trouver un chargeur électrique le long des routes principales ou dans les villes », a-t-il raconté. La plupart des gens rechargeaient leur véhicule à la maison et utilisaient leur VE pour les trajets quotidiens.

Mais à mesure que les VE se sont dotés de batteries plus puissantes et d’une plus grande autonomie, permettant aux conducteurs de les utiliser au-delà de leurs trajets quotidiens et même de partir en vacances, la nécessité de disposer d’un plus grand nombre de points de recharge dans tout le pays est devenue de plus en plus pressante.

« Le nouveau groupe de clients des VE souhaite également utiliser la voiture pour des trajets plus longs », a déclaré M. Haugneland, « et aussi, bien sûr, les personnes vivant dans des immeubles d’habitation qui n’ont pas de chargeurs à domicile ont également besoin d’une offre de charge publique, ou au moins de pouvoir charger sur leur lieu de travail ».

Et c’est « un point sur lequel nous travaillons activement », a-t-il ajouté.

L’Association norvégienne des VE, également connue sous le nom de Norsk Elbilforening en norvégien, est une organisation à but non lucratif comptant plus de 120 000 membres qui paient une cotisation annuelle pour promouvoir l’adoption et l’utilisation des véhicules électriques. En échange, l’organisation s’engage activement auprès des décideurs politiques pour les inciter à adopter des politiques et des réglementations favorables aux VE.

Norsk Elbilforening a créé une base de données nationale sur la recharge, dans laquelle elle tient des statistiques sur tous les points de recharge du pays. Selon elle, les choses vont « dans la bonne direction ».

La Norvège a le troisième plus grand réseau électrique public de recharge rapide en Europe, après l’Allemagne et le Royaume-Uni, dont les populations sont plus de 10 fois supérieures.

Méthodes de paiement et expérience de l’utilisateur : Le nouveau défi des VE

L’Association norvégienne des véhicules électriques estime qu’il y a aujourd’hui environ un chargeur rapide pour 100 véhicules électriques en Norvège, ce qui est suffisant pour éviter l’anxiété liée à l’autonomie chez les nouveaux propriétaires de VE et ceux qui souhaiteraient le devenir.

Selon M. Haugneland, le point d’achoppement sur lequel il faut désormais se pencher est plutôt la complexité des paiements et des méthodes de recharge des VE.

« En Norvège, la seule chose que vous ne pouvez pas payer avec une carte de crédit ou de débit est la recharge rapide », a-t-il déclaré, ajoutant que la recharge dans différentes stations implique souvent « une jungle de solutions de paiement différentes ».

En Norvège, les conducteurs de VE doivent s’adresser à différents fournisseurs de services de recharge, chacun d’entre eux exigeant l’inscription à différentes plateformes et applications. Le processus prend du temps et entraîne de longues files d’attente aux stations de recharge, a déclaré M. Haugneland.

« Le Parlement norvégien a décidé que toutes les stations de recharge devraient inclure une option de paiement par carte à partir de cette année.

L’Europe rattrapera-t-elle un jour la Norvège ?

Solberg Thorsen a déclaré que l’avenir des véhicules électriques en Norvège était « très prometteur », le pays étant en passe de devenir entièrement électrique « bien des années avant l’Europe ».

« Il faudra un certain temps, probablement jusqu’en 2040, avant de voir un changement majeur en Europe », a-t-il prédit.

L’un des obstacles qui empêchent encore de nombreux Européens d’acheter des véhicules électriques est que le prix d’achat initial peut être sensiblement plus élevé que celui des véhicules à combustion conventionnels.

Toutefois, M. Haugneland est convaincu qu’avec l’expansion du marché de l’occasion, les véhicules électriques deviendront plus abordables et plus attrayants pour un public plus large.