Voici ce que les chercheurs ont trouvé dans le trou le plus profond de Norvège - 3

Comme une
danseuse dans une jupe de ballerine, il a flotté au-dessus.

Avec le
brise-glace Kronprins Haakon, l’un des navires de recherche les plus avancés au monde
les plus avancés au monde, des chercheurs partent en expédition dans les grands fonds au nord-ouest du
Svalbard.

C’est dans la nuit de samedi à dimanche
nuit de samedi à dimanche qu’ils allaient effectuer le premier plongeon dans le
plongée dans le trou le plus profond de Norvège.

Le Molloy Deep
plonge à une profondeur stupéfiante de 5 569 mètres sous le niveau de la mer. C’est plus de deux fois la profondeur
que le Galdhøpiggen, la plus haute montagne de Norvège, au-dessus du niveau de la mer.

en rapport

Voici à quoi ressemblent les 4000 mètres de glace de l’Arctique

Révéler
le manteau terrestre

Le gouffre de Molloy est si profond qu’une grande partie de la surface révèle le manteau terrestre,
qui est caché sous la croûte terrestre.

C’est
que les chercheurs veulent examiner de plus près.

Équipé de
15 laboratoires et de certains des équipements les plus avancés jamais livrés à un navire de recherche.
le Kronprins Haakon est utilisé cet été pour une expédition appelée GoNorth.
appelée GoNorth.


Le gouffre de Molloy s’étend à une profondeur stupéfiante de 5 569 mètres sous la surface de la mer (couleur bleue). Juste à côté, une montagne sous-marine (en rouge) s’élève 4 000 mètres plus haut. Sur cette image, les chercheurs ont placé la montagne nationale norvégienne, Stetind in Nordland, dans les profondeurs. Cela vous permet de mieux visualiser les proportions de l’énorme trou.

Sous-marin
sous-marin télécommandé

A bord du
Kronprins Haakon, les chercheurs ont emporté le sous-marin télécommandé
sous-marin télécommandé Ægir 6000 de l’université de Bergen. Il peut plonger
jusqu’à 6 000 mètres de profondeur.

La pieuvre
que le sous-marin a rencontré lors de sa descente dans les profondeurs appartient au
genre Grimpoteuthis. Ces pieuvres sont connues sous le nom de Dumbo
Dumbo.

Aucune autre pieuvre ne peut plonger aussi profondément dans l’océan que la pieuvre Dumbo.
pieuvre ne peut plonger aussi profondément dans l’océan que la pieuvre Dumbo.

Parmi les pieuvres Grimpoteuthis, il existe très certainement des espèces qu'aucun humain n'a jamais vues auparavant. Certaines n'ont été observées qu'une seule fois.

Il existe très certainement des espèces parmi les pieuvres Grimpoteuthis que personne n’a jamais vues. Grimpoteuthis des pieuvres qu’aucun humain n’a jamais vues auparavant. Certains n’ont été observés qu’une seule fois.

Cette pieuvre
pieuvre a une sorte de nageoire sur le côté de son corps qui la fait ressembler à Dumbo,
l’éléphant volant de dessin animé aux grandes oreilles.

Grimpoteuthis vit à des profondeurs de 1 000 mètres et moins.
et moins. Il peut même aller jusqu’à 7 000 mètres de profondeur.

Le Molloy
Profondeur

Le gouffre de Molloy
pourrait s’être formé il y a 30 millions d’années.

Il est
exactement à l’endroit où la chaîne de montagnes de la dorsale médio-atlantique
un virage serré. On sait que de telles courbes dans les grandes chaînes de montagnes sous-marines peuvent
créer de grandes profondeurs océaniques.

L’expédition GoNorth
avec le Kronprins Haakon cet été se dirige donc vers les profondeurs de l’Arctique
entre le Svalbard et le pôle Nord. L’objectif principal est de déterminer
la composition de la croûte terrestre dans cette zone. Les chercheurs se concentrent
sur la partie de la dorsale médio-atlantique appelée dorsale de Gakkel.

La dorsale de Gakkel
s’étend sur 1 800 kilomètres depuis l’extrémité nord du détroit de Fram, entre le Svalbard et le Groenland, jusqu’en Sibérie.
entre le Svalbard et le Groenland, et s’étend jusqu’en Sibérie.

Le long de la
dorsale, deux des principales plaques tectoniques de la Terre s’éloignent l’une de l’autre.
l’une de l’autre. Mais nulle part ailleurs sur Terre ce mouvement tectonique ne se produit aussi lentement qu’ici.
ici. Les chercheurs trouvent cela intéressant.

Parce que la surface de la
la surface de la crête de Gakkel est recouverte de glace pendant la majeure partie de l’année, les chercheurs en savaient très peu jusqu’à présent.
n’en savaient que très peu jusqu’à présent.

Il est prévu que le Kronprins Haakon
que le Kronprins Haakon collabore avec le navire de recherche allemand Polarstern
pour cartographier la crête de Gakkel cet été.

Les deux
navires navigueront côte à côte à un rythme régulier, tout en envoyant des ondes sismiques vers le fond de la mer.
vers le fond de la mer. Cependant, cela est plus facile à dire qu’à faire lorsque la surface de la mer est recouverte de glace.
la surface de la mer est recouverte de glace.

en rapport

Une nouvelle terre norvégienne pourrait émerger de l’océan Atlantique

Concerne également
la politique

Cette recherche norvégienne dans l’Arctique a également des implications politiques.
La recherche norvégienne dans l’Arctique a également des implications politiques. Le ministre de la
Bjørnar Skjæran (Parti travailliste) le reconnaît ouvertement dans une
interview sur le site web de l’expédition GoNorth.

Même si
la dorsale de Gakkel se trouve au-delà de la frontière maritime de la Norvège au nord du Svalbard, cette
recherche est aussi un moyen pour la Norvège de démontrer sa présence dans l’océan Arctique.
de l’océan Arctique. Elles contribuent à garantir les intérêts de la Norvège dans l’Arctique.

En même temps
En même temps, cette recherche implique des chercheurs norvégiens qui collaborent avec des collègues d’Allemagne, des États-Unis et d’autres pays nordiques.
collègues d’Allemagne, des États-Unis et d’autres pays nordiques.

La Norvège possède désormais l’un des navires de recherche les plus modernes au monde. Le Kronprins Haakon est construit avec des plaques d’acier de 40 millimètres d’épaisseur et peut maintenir une vitesse constante de 3,5 nœuds à travers une glace solide d’un mètre d’épaisseur. Si la glace devient encore plus épaisse, le navire peut faire marche arrière et prendre de l’élan, ce qui lui permet de grimper sur la glace et d’utiliser son propre poids pour la briser. (Vidéo : Marius Bratrein / Institut polaire norvégien)

Instrument
instrument

La recherche
sur la glace de mer arctique est un défi.

Des floes de plusieurs dizaines de tonnes
de plusieurs dizaines de tonnes ont dérivé pendant que le Kronprins Haakon était
positionné au-dessus du golfe de Molloy le week-end dernier.

Quelques heures
quelques heures après la rencontre avec le Grimpoteuthis pieuvre dans les profondeurs, malheureusement,
un instrument qui s’étend dans la mer sous le navire de recherche a été endommagé par la glace.
par la glace.

Cet instrument de positionnement qui s'étend à quatre mètres sous le Kronprins Haakon est essentiel pour que les chercheurs puissent garder le contrôle total du sous-marin télécommandé dans les profondeurs. Vous pouvez voir ici comment l'instrument s'est plié sous la coque du navire. Le tuyau doit s'étendre verticalement vers le bas. L'image de l'instrument endommagé a été prise par le sous-marin télécommandé.

Cet instrument de positionnement qui s’étend à quatre mètres sous le Kronprins Haakon est essentiel pour que les chercheurs puissent garder le contrôle total du sous-marin télécommandé dans les profondeurs. Vous pouvez voir ici comment l’instrument s’est plié sous la coque du navire. Le tuyau doit s’étendre verticalement vers le bas. L’image de l’instrument endommagé a été prise par le sous-marin télécommandé.

Un gros morceau de
gros morceau de glace a touché le tuyau dimanche. En conséquence, l’instrument ne peut plus être
plus être rétracté dans la coque.

Aujourd’hui, le Kronprins
Haakon retourne lentement au port de Tromsø.

Selon le plan
Selon le plan, l’instrument sera coupé et remplacé par un nouveau le plus rapidement possible, afin que l’expédition en haute mer au nord-ouest de l’île puisse continuer.
nouveau le plus rapidement possible, afin que l’expédition en haute mer au nord-ouest du Svalbard puisse se poursuivre pendant l’été arctique.
Svalbard puisse se poursuivre pendant l’été arctique.

Traduit par Alette Bjordal Gjellesvik.

Lire
la version norvégienne de cet article sur forskning.no

Références :

Site de l’expédition GoNorth et rapports quotidiens de l’expédition 2023.

Page Wikipédia sur Grimpoteuthis pieuvre