La Fédération espagnole de football présente ses excuses sans réserve au « football mondial » après le baiser de la Coupe du monde - 3

La Fédération espagnole de football reste à plat et affirme que le comportement du président du football, Luis Rubiales, lors de la finale de la Coupe du monde a porté un grand préjudice à la réputation de ce sport.

Luis Rubiales a embrassé la joueuse Jenny Hermoso après que l’Espagne ait battu l’Angleterre lors de la Coupe du monde. Elle a dit par la suite que ce n’était pas volontaire de sa part.

Dans une déclaration sensationnelle signée par le président par intérim du football, Pedro Rocha, la fédération espagnole présente des excuses sans réserve à l’ensemble de la communauté nationale et internationale du football. L’ONU figure également dans la liste des destinataires.

La lettre a été publiée mardi après-midi sur le site Internet de la Fédération espagnole de football.

Rocha y écrit qu’il juge nécessaire de présenter « les excuses les plus sincères au football mondial dans son ensemble, aux institutions du football (Fifa, UEFA, ONU), aux footballeurs et en particulier aux joueurs de l’équipe nationale, aux clubs espagnols ». , l’équipe nationale féminine d’Angleterre et les supporters du monde entier ».

En outre, il est fait référence au comportement du président du football suspendu, Luis Rubiales, lors de la finale de la Coupe du monde. Cela est qualifié de totalement inacceptable et contraire aux valeurs de « la société espagnole, de nos institutions, de nos représentants, de nos athlètes et de la direction du sport espagnol ».

Gâté

Rocha écrit également que la tolérance et la courtoisie sur lesquelles est fondée la société espagnole sont gâchées par le comportement des Rubiales.

Le footballeur suspendu a embrassé sur la bouche la joueuse de l’équipe nationale Jennifer Hermoso après la finale de la Coupe du monde. Il y a eu de vagues réactions violentes.

« Les dégâts causés au football espagnol, au sport espagnol, à la société espagnole et aux valeurs du football ont été énormes », indique-t-il.

« La RFEF souhaite transmettre à l’ensemble de la communauté et à l’ensemble du football mondial ses plus profonds regrets pour ce qui s’est passé et qui a troublé notre équipe, le football et notre société. Nous sommes profondément désolés pour les dégâts que cela a causés et nous devons donc nous excuser dans les termes les plus fermes possibles et nous engager à faire en sorte que de tels incidents ne se reproduisent plus », écrit encore l’association.

Rocha souligne que le comportement de Rubiales est à ses dépens et qu’il ne reflète en aucune façon le syndicat.

« Nous sommes particulièrement désolés et embarrassés par la douleur et le fardeau supplémentaire que cela a occasionné », indique la lettre de mardi.

Sous enquête

Vendredi, on a appris que le Tribunal arbitral du sport d’Espagne ouvrait une enquête contre Rubiales. Cela se produit après que le gouvernement a déposé une pétition en ce sens via le Conseil espagnol des sports.

Dans le même temps, Rubiales lance une nouvelle attaque contre ses détracteurs. Il a notamment attaqué ce qu’il considère comme une ingérence politique intempestive, tout en le remerciant pour son soutien.

« Tout au long de cette période, j’ai été victime d’un lynchage politique et médiatique sans précédent, dont je me suis tenu en marge. Pas seulement au niveau national, mais au niveau mondial », a-t-il écrit, entre autres.

Les dirigeants du football espèrent que le tribunal arbitral et les enquêtes ouvertes par la Fédération internationale de football (FIFA) l’exonéreront.

La Fifa l’a suspendu pour 90 jours jusqu’à ce que les enquêtes soient terminées.