Skarstein s'entraîne deux fois plus que Borch : - Elle est exceptionnelle - 5

Elle est au niveau de Thérèse Johaug en nombre d’heures de formation. Birgit Skarstein (34 ans) s’entraîne plus de deux fois plus que l’ancien champion du monde Kjetil Borch (33 ans).

DE GRANDES DIFFÉRENCES : La quantité d’entraînement de Birgit Skarstein est clairement différente de la quantité d’entraînement de Kjetil Borch chaque semaine.

Cette semaine, le Trønder est à la recherche de sa cinquième médaille d’or consécutive aux Championnats du monde et de son dixième titre à Belgrade. Mardi, elle a été la meilleure dans cette tentative.

– Elle est unique, dit Kjetil Borch.

Il y a un nombre inhabituellement élevé d’heures de formation derrière les réalisations du lauréat PL de 2021.

– Je m’entraîne environ 1 200 heures par an. Quelques semaines avant les CM, je m’entraînais 38 heures par semaine. C’est beaucoup, dit Birgit Skarstein à VG.

En comparaison: La reine du cross-country Thérèse Johaug a informé NRK qu’elle s’était entraînée entre 1 200 et 1 250 heures lorsqu’elle avait été interdite, mais que les doses annuelles avaient été ajustées à 1 100 heures à son retour aux compétitions.

– Je suis dans l’échelon supérieur lorsqu’il s’agit de m’entraîner pour l’équipe nationale. Et les autres s’entraînent avec tout leur corps, raconte le para-rameur devenu paralysé des jambes après un accident de natation en 2009.

Le nombre d’heures n’est pas la seule mesure de la qualité de l’entraînement d’un athlète de haut niveau. Mais dans le sport de l’aviron, il est absolument essentiel que la plupart des gens y consacrent beaucoup de temps. Kjetil Borch fait partie des exceptions.

COUP DE COEUR DES WC : Birgit Skarstein.

COUP DE COEUR DES WC : Birgit Skarstein.

Ses fibres musculaires et son physique particulier n’avaient pas besoin d’autant d’entraînement juste avant d’être en pleine forme lors des Jeux olympiques de 2021.

– Je m’entraînais entre 13 et 15 heures par semaine avant Tokyo. C’est vraiment totalement inconnu lorsqu’il s’agit d’un sport qui rapporte beaucoup de médailles aux Jeux olympiques. Mais c’était la bonne chose pour moi, dit Borch, qui a remporté l’argent olympique en skiff.

Le double champion du monde déclare avoir pour objectif de « mentir 16 à 17 heures par semaine ».

Birgitte Skarstein a dépassé ce nombre d’heures avant la moitié de la semaine d’entraînement la plus difficile de l’été.

– Je suis un athlète de capacité et je gagne beaucoup à avoir une bonne endurance. Kjetil est un type explosif et a plus de puissance. Dans le même temps, il rame en un peu moins de sept minutes, tandis que moi, je concourt en moins de dix. Il y a aussi des exigences de travail légèrement différentes, explique-t-elle.

– Le truc, c’est de varier tellement la charge que je ne sois surchargée nulle part, estime-t-elle.

– Au fil des années, je suis devenu plus intelligent pour reconnaître quand je commence à avoir des problèmes. Ensuite, je dois passer à une autre activité. Il s’agit d’être capable de résister à tous les cours.

  • Elle rame dans un bateau et sur un rameur.
  • Elle fait du vélo en extérieur (route/terrain) et en intérieur (rotation/roulage)
  • Elle joue sur un fauteuil roulant, sur des skis à roulettes, sur une machine à piquets et sur une machine à skis à roulettes.
  • Elle nage et fait beaucoup de musculation et d’entraînement de base. De plus, il y a de l’escalade et du canotage.

Toute formation comporte également un élément psychologique. Lors du précamp des Championnats du monde, son concurrent le plus coriace, Moran Samuel, s’est entraîné au même endroit en Italie. Skarstein trois séances par jour ont déclenché des réactions.

– J’ai reçu une question de son entraîneur « tu n’es pas assis tranquillement ? » et de Samuel « à quel point t’entraînes-tu vraiment ? », dit-elle et continue :

– J’en étais un peu satisfait. Nous avons un bon plan pour ce que nous faisons. C’est parfaitement bien s’ils deviennent un peu « excités ».