Débloquez gratuitement le Digest de la rédaction

Sur la base de ses activités européennes, la société norvégienne Telenor arrive en tête du classement FT-Statista pour la diversité dans le secteur des télécommunications sur le continent, et occupe la neuvième place dans la liste globale. Mais le groupe va beaucoup plus loin dans son approche.

Au Pakistan, où le taux de participation des femmes à la main-d’œuvre est l’un des plus faibles au monde, Telenor fait de l’égalité des sexes une priorité commerciale.

L’entreprise propose un congé de maternité payé de six mois, des services de garde d’enfants sur place, des programmes visant à améliorer les compétences des femmes et des moyens de transport pour s’assurer qu’elles ne sont pas victimes de harcèlement dans les services publics, autant d’éléments qui ont été récompensés l’année dernière par un prix de l’autonomisation des femmes décerné par des investisseurs étrangers au Pakistan. Telenor a déclaré qu’il s’agissait d’un « témoignage de nos efforts continus pour donner aux femmes les moyens d’agir et de s’intégrer dans notre culture professionnelle ».

Au Pakistan, les femmes se heurtent encore à des obstacles culturels qui les empêchent d’obtenir une formation et d’être acceptées à des postes techniques ou de direction. Mais la diversité des genres n’est pas seulement une question de responsabilité d’entreprise, déclare Areej Khan, directeur des ressources humaines de Telenor Pakistan.

« Lorsque vous puisez dans un vivier diversifié d’employés, cela met en lumière les produits et les services dont les gens ont besoin – ils parlent au nom de notre base de clients », explique M. Khan. D&I est « une pierre angulaire de notre stratégie commerciale ».

Elle cite le service d’abonnement de Telenor, conçu sur mesure pour les femmes des zones rurales, qui fournit également des informations sur l’élevage, la santé familiale, la nutrition, l’hygiène et l’assainissement. Son produit de paiement mobile, ajoute-t-elle, compte 12 millions de comptes qui acheminent 5 pour cent du PIB du pays – et un quart des abonnés sont des femmes.

« Il s’agit donc d’une logique commerciale », dit-elle. « Lorsque vous disposez d’une main-d’œuvre capable de parler au nom de vos clients, vous proposez des produits et des services innovants.

Mme Khan a gravi les échelons à partir d’un poste de débutante il y a 19 ans. Les femmes représentent aujourd’hui 13 % des cadres de Telenor et 17 % des 1 100 employés de l’entreprise dans le pays.

L’Asie a pourtant été un terrain difficile pour les opérateurs de télécommunications occidentaux. Telenor a été contraint de quitter le Myanmar après le coup d’État de 2021. Mais si les affaires en Asie rencontrent des problèmes, ce n’est pas à cause de l’approche de Telenor en matière de diversité, déclare le directeur général Sigve Brekke.

Il date de 2015 l’orientation générale de Telenor en matière de développement et d’innovation. Après avoir connecté les gens aux services mobiles de base, l’entreprise a poursuivi une stratégie de partenariats avec des entreprises numériques qui a conduit à un meilleur travail d’équipe et à de nouvelles méthodes de travail. Le déséquilibre le plus flagrant a été celui de la parité hommes-femmes. L’équipe dirigeante de 150 personnes comptait environ 20 % de femmes, contre 34 % aujourd’hui. La diversité s’est élargie avec le développement du programme d’expérience professionnelle de Telenor – par exemple, il inclut désormais des réfugiés. Les équipes de direction doivent également compter au moins une personne d’origine étrangère ou de culture différente.

Le travail sur la façon dont les employés s’adressent les uns aux autres a conduit à un plus grand respect des différents sexes, cultures et points de vue – ce qui est particulièrement important en Asie, où le respect est un avantage concurrentiel. La culture de l’entreprise est désormais « beaucoup plus globale et internationale », affirme M. Brekke, « ce qui nous aide à collaborer de différentes manières ».