Débloquez gratuitement le Digest de la rédaction

La Norvège a obtenu une majorité parlementaire pour son projet d’ouverture à l’exploitation minière en eaux profondes, malgré l’opposition des écologistes et de l’industrie de la pêche, qui mettent en garde contre les risques d’aggravation des dommages causés aux océans fragiles.

Le gouvernement minoritaire de centre-gauche du pays a déclaré mardi qu’il avait obtenu le soutien des deux principaux partis d’opposition de centre-droit pour l’exploration minière en eaux profondes, mais qu’il y aurait des critères environnementaux stricts pour procéder à toute extraction.

« Les industries vertes renouvelables fonctionnent grâce aux minéraux. Il s’agit d’une contribution importante au niveau international », a déclaré Bård Ludvig Thorheim, député du principal parti d’opposition, les conservateurs.

Mais la décision de la Norvège, premier producteur de pétrole d’Europe occidentale, a suscité de vives critiques de la part des écologistes, alors que le pays nordique vise à devenir le premier au monde à mener une exploitation minière en eaux profondes à l’échelle commerciale.

« C’est la plus grande honte des temps modernes dans la gestion des océans par la Norvège, et le dernier clou dans le cercueil de la réputation de la Norvège en tant que nation maritime responsable « , a déclaré Karoline Andaur, directrice générale du groupe de campagne pour la protection de la faune et de la flore sauvages WWF Norvège.

Les projets d’Oslo pourraient également générer des tensions géopolitiques. La zone qu’elle propose d’ouvrir à l’exploration, dans la mer de Barents et la mer du Groenland, est proche du Svalbard, l’archipel norvégien de l’Arctique. La Norvège estime avoir des droits miniers exclusifs au large des îles de l’Arctique, une position contestée par la Russie, l’UE et le Royaume-Uni.

Carte montrant l'emplacement de la zone d'exploitation minière en eaux profondes proposée par la Norvège.

On pense que les fonds marins de Norvège et d’ailleurs contiennent de vastes gisements de minéraux nécessaires à la fabrication de batteries électriques, d’éoliennes et d’autres industries vertes, notamment du cuivre, du cobalt et des métaux de terres rares tels que le néodyme et le dysprosium.

Mais ces projets sont très controversés, et des entreprises telles que Google, BMW, Samsung et Volvo Group ont signé un appel du WWF demandant l’arrêt de l’exploitation minière en eaux profondes. Les écologistes affirment que les conséquences de l’extraction sur les fonds marins sont inconnues, mais qu’elles risquent d’endommager les écosystèmes marins fragiles.

Greenpeace a publié à la fin de la semaine dernière une vidéo montrant des mineurs de fond utilisant des tuyaux d’arrosage pour cibler les militants qui tentaient d’arrêter l’exploration dans l’océan Pacifique, entre le Mexique et Hawaï. The Metals Company, le groupe à l’origine de l’exploration, a déclaré que l’organisation de campagne environnementale tentait de décider du sort de l’exploitation minière en eaux profondes au lieu de permettre la collecte de preuves de son impact sur l’environnement.

Coupe transversale d'une croûte de manganèse au fond de la mer de Norvège
Coupe transversale d’une croûte de manganèse au fond de la mer de Norvège. On pense que les fonds océaniques contiennent de vastes gisements de minéraux nécessaires aux industries vertes. Université de Bergen, Centre de recherche sur les grands fonds marins/Handout/Reuters

Des mineurs opérant dans d’autres pays, notamment en Chine, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, dans les îles Cook, au Japon et en Nouvelle-Zélande, ont cherché à extraire des métaux des eaux côtières.

La Norvège prévoit d’ouvrir à la prospection environ 280 000 km2, soit une superficie à peine inférieure à celle de l’Italie. Toute extraction ne pourrait avoir lieu qu’avec l’approbation du Parlement, comme c’est le cas pour le pétrole et le gaz.

Le gouvernement a présenté cette proposition comme une tentative « responsable et durable » d’extraire des minéraux essentiels pour réduire la dépendance à l’égard de la Chine dans la chaîne d’approvisionnement de nombreuses industries vertes.

L’agence norvégienne de l’environnement s’est opposée au projet en raison des « conséquences significatives et irréversibles pour l’environnement marin », tandis que les industries de la pêche britannique et norvégienne ont critiqué l’idée.

Mais la proposition a été accueillie favorablement par l’industrie pétrolière et gazière offshore norvégienne, qui a déclaré que l’exploitation minière en eaux profondes pourrait fournir des emplois alternatifs à mesure que les activités pétrolières s’arrêtent.

Capital climatique

Le parlement norvégien soutient les projets d'exploitation minière en eaux profondes - 13

La rencontre du changement climatique avec les entreprises, les marchés et la politique. Pour en savoir plus sur la couverture du FT, cliquez ici.

Êtes-vous curieux de connaître les engagements du FT en matière de durabilité environnementale ? Pour en savoir plus sur nos objectifs scientifiques, cliquez ici.