Norvège Out - THE ROCKAWAY TIMES - 3

Par Kevin Boyle

Kaldt som faen ! C’est la leçon de norvégien du jour. Cela signifie plus ou moins froid comme du caramel.

J’apprends cette langue difficile parce que je risque de rester ici pendant un certain temps.

Chaque fois que j’en ai l’occasion, j’essaie d’échapper à l’obscurité, au froid et à la neige du nord-est. L’année dernière, j’ai enfourché un vélo et traversé le pays. Pas si vite cette fois-ci. Ma femme chérie m’a fait le coup du snowbird inversé et m’a réservé une croisière vers le cercle arctique. La Norvège. En janvier, un mois de janvier profond.

Le titre du voyage, annoncé par Viking, est « À la recherche des aurores boréales« . L’avertissement sournois étant « à la recherche ». Oh, nous chercherons, mais ce n’est pas une garantie. La seule garantie, c’est que si vous sortez sans sept couches de caleçons longs, vous serez une sculpture de glace en dix minutes. Je ne sais pas si c’est vrai, c’est un froid sec, n’est-ce pas ?

Nous avons navigué de Bergen, en Norvège, jusqu’à la station de glace Alta, où nous sommes arrivés dans le noir absolu à 15 heures. Mais ce n’est pas grave – nous sommes ici pour l’obscurité. Et les lumières qui l’accompagnent.

Vous ne savez pas si vous allez voir les aurores boréales depuis le bateau, alors vous montez dans la camionnette d’un type et il part – j’allais dire au milieu de nulle part, mais il ne peut pas y avoir de milieu ici. Partout ici, c’est le bout du monde.

On roule, on sort, on regarde en l’air. Rien. Rincer et répéter. On fait ça pendant cinq heures. Puis le guide dit ce que tous les entraîneurs de surf de Rockaway disent à propos des vagues : vous auriez dû venir ici la semaine dernière.

Le lendemain, nous avons du temps à tuer avant un autre safari aux aurores boréales. Et à ce stade, je me dis qu’il n’y a rien à perdre. J’adhère à ce truc arctique. Je vais aller voir un hôtel igloo isolé. C’est un igloo comme dans igloo. Chaque année, ils construisent un hôtel entier avec de la glace et de la neige et l’exploitent jusqu’au dégel du printemps.

Et bien sûr, l’endroit est incroyable. Des sculptures de glace ornent un endroit plein de coins et de recoins et au moins vingt chambres avec des blocs de glace de la taille d’un matelas que seuls les fous appelleraient des lits. Il y a un bar et même une petite chapelle sculptée dans la glace. Je n’aime pas trop la chapelle, mais le bar me fait réfléchir. J’ai pris un verre d’une vodka bleue et je suis maintenant à moitié viking. Je commence à me dire que je vais peut-être tenter ma chance. Je passe la nuit ici. Ils fournissent des sacs de couchage et des peaux pour ramollir les blocs de glace.

Mais je me rends vite compte qu’il y a un problème.

L’igloo se trouve probablement à une centaine de mètres de l’hôtel principal et c’est là, mesdames et messieurs, qu’il faut aller faire pipi au milieu de la nuit.

C’était une rupture de contrat. Si je n’arrivais pas à me rendre à l’hôtel principal et que je ne pouvais pas me retenir, j’aurais eu peur de faire fondre l’endroit. Et comme j’ai 12 ans, j’aurais probablement pissé mes initiales sur l’un des murs de neige en affaiblissant les fondations. Et j’avais peur des gros titres. New Yorker Causes Meltdown. Un New-Yorkais grossier pisse et énerve tout le monde.

Partir à la recherche d’une aurore boréale est une chose, partir à la recherche d’une toilette de minuit en est une autre.

Nous sommes donc retournés au bateau. Nous y sommes restés bloqués car le mauvais temps a rendu la navigation trop dangereuse. Et il y a de la neige, des nuages et pas d’aurores boréales. Hva faen ?