L'hébergement d'urgence des demandeurs d'asile a coûté plus d'un demi-milliard - 3
Stavanger. Forus d’accueil d’asile.Photo : Carina Johansen / NTB scanpix

L’État aura payé près de 1,6 milliard pour l’hébergement aigu des demandeurs d’asile lorsque le dernier accord de logement pour dormir expirera en juin.

Il s’agissait d’une solution qui était disponible dans la situation qui se présentait et qui n’était pas prévue à l’avance. Nous ne pensions pas que tant de personnes en feraient usage, résume la directrice Christine Wilberg de la division régionale et réception de l’UDI au journal Aftenposten.
Le coût total des hébergements d’urgence avoisinera les 1,6 milliard le 30 juin, date à laquelle expirera le dernier accord dormant, annonce le journal.
L’UDI aura donc, dans la période du 31 août de l’an dernier au 30 juin de cette année, loué 19 308 lits dans des campings, des centres de congrès et des hôtels. Cela représente 120 hôtels, campings et centres de conférence en Norvège où il y a eu plus de 2 millions de nuitées au total, à des prix allant de 387 à 1000 couronnes.
À cela s’ajoutent les 81 millions de couronnes de frais d’hôtel pour les demandeurs d’asile non enregistrés qui ont dû attendre leur enregistrement au Service de l’immigration de la police (PU) à Toyen.
Lorsqu’il est devenu évident qu’il y aurait plus de demandeurs d’asile que les fluctuations observées auparavant, l’UDI a commencé à acheter directement des places supplémentaires dans les centres d’accueil existants. Mais déjà fin août, il ne restait plus de places dans les centres d’accueil.
– Mettre en place un centre d’accueil prend du temps. Pour cette raison, nous avons commencé à contacter des hôtels et des lieux similaires qui fournissaient déjà des chambres à coucher ou étaient prêts à le faire, explique Wilberg.

Allez voir les Baleines en Catamaran

Source : NTB scanpix / Norway\.mw