Le PST s'inquiète du recrutement de terroristes dans les prisons norvégiennes - 3
Oslo.PST chef Marie Benedicte Bjørnland.Photo : Terje Bendiksby / NTB scanpix

Le PST craint que les combattants syriens qui sont retournés en Norvège et qui sont condamnés puissent recruter des terroristes pendant leur incarcération dans les prisons norvégiennes.

Certains combattants étrangers condamnés purgent déjà leur peine. Il est très important de prêter attention à ce petit groupe de personnes pendant leur incarcération, afin qu’elles ne puissent pas radicaliser les autres, a déclaré la directrice du PST Benedicte Bjørnland au journal Aftenposten.

Allez voir les Baleines en Catamaran

Elle répond par l’affirmative lorsqu’on lui demande s’il existe un risque que des personnes qui ont combattu en Syrie et qui sont condamnées à leur retour en prison se radicalisent ou se radicalisent elles-mêmes en prison. Bjørnland dit que le Service correctionnel sait qui sont les détenus de ceux qui purgent leur peine – qu’il s’agisse de jeunes hommes vulnérables ou d’autres types de prisonniers.
Selon PST, environ 90 ressortissants norvégiens se sont rendus en Syrie pour combattre. Une trentaine d’entre eux sont revenus en Norvège, et un peu moins de dix d’entre eux sont actuellement en détention ou purgent des peines.
L’Agence correctionnelle est consciente du risque, selon la directrice Marianne Vollan. Elle a ajouté que le problème n’est pas étendu dans les prisons norvégiennes.
Plusieurs de ceux qui ont perpétré les attentats terroristes à Paris et à Bruxelles étaient d’anciens cambrioleurs qui avaient été radicalisés par des détenus plus âgés en prison.
– Je ne peux pas dire que cela soit une surprise. Je le considère plus comme une confirmation de quelque chose que nous avons craint, dit Bjørnland

Source : NTB scanpix / Norway\.mw