Un homme risque jusqu'à 21 ans de prison pour le meurtre de sa fille de deux ans - 3
Oslo.Fleurs et bougies à Ellingsrud à Oslo.Photo : Audun Braastad / NTB scanpix

Un homme de 37 ans accusé du meurtre de sa fille de deux ans à Ellingsrud à Oslo risque une peine de prison proche du maximum légal de 21 ans. Jeudi, l’affaire sera tranchée.

L’Afghan de 37 ans a également été accusé d’avoir abusé de sa femme et d’avoir tenté de tuer trois membres de sa famille. Il nie toute culpabilité et a témoigné devant le tribunal qu’il n’avait jamais eu recours à la violence contre sa famille.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

L’homme est accusé de meurtre avec préméditation commis dans des circonstances particulièrement aggravantes. Le procureur, l’avocat Andreas Schei, a requis une peine de 20 ans de prison pour l’homme de 37 ans.

Couteau tué
Selon l’acte d’accusation, la petite fille a été poignardée à mort alors qu’elle était assise sur le bras de sa mère. Cela s’est produit lors d’une bagarre de masse devant l’appartement de la famille à Ellingsrud, où la grand-mère de la jeune fille, un oncle et un autre parent ont également été poignardés.
Peu de temps avant de poignarder les proches de son partenaire, l’homme aurait battu son partenaire chez lui dans l’appartement d’Ellingsrud, selon l’acte d’accusation. Cela a entraîné des blessures, notamment des fractures du nez et des dommages à deux dents.
Les preuves fournies dans le cadre du procès devant le tribunal municipal d’Oslo comprenaient des bandes vidéo de la bagarre enregistrées par des voisins sur leurs téléphones portables. Des extraits de films montraient des membres de la famille ensanglantés, des cris désespérés et des sirènes de la police et des services de secours en arrière-plan, écrit Aftenposten.

Allez voir les Baleines en Catamaran

Exclu
L’homme a déclaré au tribunal qu’il n’avait pas l’intention de tuer qui que ce soit, mais qu’il avait agité le couteau pendant la bagarre.
L’accusé afghan est venu en Norvège en 2009. Il a reçu un permis de séjour temporaire, mais en 2013, il a obtenu le rejet définitif. Il a eu jusqu’en février 2014 pour quitter le pays, ce qu’il n’a pas fait.
Plusieurs témoins ont témoigné au cours du procès que l’homme, après avoir obtenu le rejet de sa demande d’asile, est devenu de plus en plus agressif dans la période qui a précédé le drame familial qui a fait perdre la vie à la petite fille.

Source : NTB scanpix / Norway\.mw