Le PST permettra aux Iraniens d'étudier à NTNU après tout - 3
Université de Trondheim (NTNU) .Photo.NTNU

Deux doctorants iraniens qui ont poursuivi l’État après avoir été expulsés de Norvège, ont obtenu de nouveaux permis de séjour et peuvent retourner à l’université de Trondheim.

Les deux, ainsi que plusieurs autres étudiants et universitaires iraniens, se sont vu refuser la résidence en 2014. Le service de sécurité de la police (PST) craignait que leur séjour à Trondheim ne donne aux Iraniens des connaissances qui pourraient être utilisées pour fabriquer des armes nucléaires dans leur pays d’origine. Maintenant PST a changé son évaluation et a approuvé leurs nouvelles demandes, écrit le journal Dagens Næringsliv.
– Je suis content que PST ait changé sa mauvaise décision. Je suis fier de nous tous, qui avons combattu pour nos droits, au lieu de rester silencieux, écrit Hamideh Kaffash dans un e-mail au journal. Elle souhaite retourner à NTNU et salue les efforts de l’université.
– NTNU nous a toujours été d’un grand soutien, écrit-elle.
L’université a déclaré que le gouvernement avait des signes indiquant que le PST avait maintenant une opinion différente de celle d’il y a deux ans, en partie parce que l’Iran avait accepté un accord sur le nucléaire.
– Les règles et les sanctions contre l’Iran ont changé depuis la dernière évaluation. Pour cette raison, nous sommes arrivés à une nouvelle conclusion, déclare le conseiller principal Siv Alsén de PST.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami