La Norvège organise une conférence contre la peine de mort - 5
peine de mortDes personnes sur de fausses potences protestent contre la visite du ministre iranien des Affaires étrangères Javad Zarif à Berlin, en Allemagne, le 15 juin 2016. Le panneau indique :  » Rohani – Zarif : 2500 exécutions en Irak ». REUTERS/Hannibal Hanschke

Des participants de plus de 90 pays seront présents lorsque la Norvège accueillera cette semaine le Congrès mondial contre la peine de mort.

Le ministre des Affaires étrangères Brende ouvrira le congrès mardi, qui est le sixième de la série.
Brende souligne que la Norvège travaille depuis plusieurs années pour que tous les pays abolissent la peine capitale par la loi ou introduisent un arrêt des exécutions et rejoignent une interdiction internationale.

– Il est gratifiant que de plus en plus de pays renoncent à la peine de mort, mais nous sommes également préoccupés par le nombre record de personnes condamnées à mort l’année dernière, déclare Brende.

1 600 exécutés l’an dernier
Plus de 1 600 personnes dans 25 pays auraient été exécutées l’année dernière, tandis que près de 2 000 personnes dans 61 pays ont été condamnées à mort, selon le ministère des Affaires étrangères. C’est le chiffre le plus élevé depuis 25 ans.

L’opposition à la renonciation à la peine de mort est la plus forte en Asie et dans les pays arabes, affirme l’organisation française ECPM, à l’origine du Congrès.
Le Pakistan, l’Arabie saoudite et l’Iran représentaient 89 % des exécutions terminées l’année dernière. La Chine n’a cependant pas été incluse dans les statistiques car les informations sur les exécutions sont tenues secrètes.

La situation en Asie sera un sujet de discussion lors du congrès. De plus, les participants examineront comment la peine de mort est utilisée dans la lutte contre le terrorisme et comment l’Iran peut être influencé en étant autorisé à entrer dans la chaleur à la suite de l’accord nucléaire .

Source : NTB scanpix / Norway\.mw

——-