Accusé de génocide et extradé vers le Rwanda - 3
Rechercher. Photo:Pixabay.com

Un homme de 43 ans a été accusé de complicité dans un génocide au Rwanda et sera renvoyé dans son pays d’origine, a décidé le ministère de la Justice.

L’homme est arrivé en Norvège en tant que réfugié en 1999.

La décision de la Cour suprême a été unanime et conforme à la décision de la Cour d’appel de Gulating en 2014 selon laquelle toutes les conditions d’extradition ont été remplies.

16 ans en Norvège
L’homme séjourne légalement en Norvège depuis près de 16 ans et y a une épouse et trois enfants mineurs.
L’homme de 43 ans a été arrêté en mai 2013 et accusé de complicité de génocide dans son pays d’origine en 1994. Il était accusé d’avoir joué un rôle dans les massacres dans les régions de Nkakwa et Cyahinda, où plus de 7 000 personnes ont été tuées en 1994. Il nie toute culpabilité.
L’avocat Risnes, qui est l’avocat de l’homme, a déclaré à l’Aftonbladet que son client ferait appel de la décision du ministère.
Une personne extradée
Une question similaire a déjà été soulevée dans le système juridique norvégien. Lorsque le Rwandais Charles Bandora a été extradé vers son pays d’origine en 2013, cela faisait plus de deux ans et neuf mois qu’il avait été arrêté en Norvège, alors qu’il était recherché par Interpol pour participation au génocide. Ici aussi, l’extradition est allée jusqu’à la Cour suprême.
Bandora a été condamné à 30 ans de prison par la Cour suprême du Rwanda en 2015 après avoir été reconnu coupable de centaines de meurtres pendant le génocide de 1994.
Cette même année, Sadi Bugingo, arrivé en Norvège en 2001, a été condamné à 21 ans de prison pour complicité dans le génocide de 2 000 personnes au Rwanda en 1994. Il a été jugé en Norvège car il n’y avait pas de demande d’extradition répondant aux exigences de la loi. loi norvégienne.

Source : NTB scanpix / Norway\.mw

———–