De nombreux enfants maltraités ne passent pas d'examens médicaux - 3
Oslo, jardin d’enfants illustré : Gorm Kallestad / NTB scanpix

Seuls 17 % des enfants victimes de violence et d’abus sont examinés par un médecin. La raison en est le manque de ressources financières des hôpitaux.

Ceci selon les maisons d’enfants, où les enfants exposés à la violence et aux abus sexuels sont envoyés après interrogatoire par la police.
Selon les chiffres de la direction de la police, 4 725 enfants ont été interrogés en Norvège l’année dernière et 83 % d’entre eux n’ont pas subi les examens médicaux requis, a indiqué TV2.

– Des enfants ont été poignardés, coupés, brûlés et fouettés dans le dos. Il se peut qu’ils aient vécu dans des conditions proches de la torture tout au long de leur vie. Nous ne sommes plus surpris de ce que les enfants ont pu traverser, déclare la responsable de la maison de pédiatrie d’Oslo, Inger Johanne Pettersen.

Pour que les cas signalés soient jugés, il faut des preuves matérielles – ce qui n’est pas possible lorsque 87 % des enfants ne sont pas examinés. La directrice de la maison des enfants à Hamar, Ingjerd Kagnes, a déclaré que le manque de ressources peut signifier que les délinquants seront libérés.

– C’est une ressource nécessaire. C’est critique et il y a une faible conformité pour les plus jeunes et les plus vulnérables de notre société, dit Kagnes.

Le ministre de la Santé Bent Høie n’est pas d’accord.

– les hôpitaux reçoivent de l’argent, ce qui signifie qu’ils doivent prioriser les ressources, dit-il.

Source : NTB scanpix / Norway.mw