Sekkingstad : - Le pire c'était quand mes deux amis ont été décapités - 3

Kjartan Sekkingstad raconte qu’une année terrible a été prise en otage par la guérilla d’Abu Sayyaf aux Philippines. Le plus dur fut de découvrir que ses deux détenus John Ridsel et Robert Hall avaient été décapités.

Mince et visiblement meurtri, Kjartan Sekkingstad (56 ans) a rencontré dimanche la presse internationale et norvégienne, après un an passé en otage dans la jungle par la guérilla islamiste.

Lors d’une conférence de presse conjointe avec le président philippin Rodrigo Duterte à Davao City, l’homme de Sotra a exprimé sa grande gratitude à tous ceux qui ont aidé à le faire sortir de captivité.

– Merci à tous ceux qui ont rendu cela possible. Je suis très heureux d’être en vie et libre. C’est un sentiment incroyable, a déclaré Sekkingstad.

Menacé

Sekkingstad a été enlevé du lieu de vacances Ocean View Resort sur l’île de Samal jusqu’au 22 septembre 2015, avec les deux Canadiens John Ridsdel et Robert Hall et la petite amie philippine de Halls Marites Flor.

Ridsel et Hall ont été décapités en avril et juin après que les demandes de rançon n’aient pas été satisfaites.

Sekkingstad a déclaré à VG que la liquidation des deux amis et codétenus était le pire incident qu’il ait connu pendant son emprisonnement.

Il a décrit à l’agence de presse AFP que les anneaux liquides sont utilisés comme torture psychologique. Bien que les deux Canadiens aient été emmenés, la décapitation a été effectuée si près qu’il a pu entendre leurs cris.

– C’était cruel, dit clairement Sekkingstad.
Il était constamment menacé d’être le prochain dans la file.

– Il n’y a vraiment aucun moyen de décrire comment c’est. Soit vous survivez, soit vous devenez fou, a-t-il déclaré à VG.

Le président Duterte était assis à côté de Sekkingstad lorsqu’ils ont rencontré la presse.

Solberg : – Un jour heureux pour la Norvège

La famille Sekkingstad heureuse de sa libération

Abu Sayyaf a libéré Sekkingstad

Source : NTB scanpix / Norway.mw