La Norvège en voyage de pêche au Brexit à Bruxelles - 3

Les positions commencent à se durcir avant les négociations sur le Brexit. La ministre de l’Europe Elisabeth Vik Aspaker y voit une tentative de surveiller l’ennemi.

Lundi, notre ministre de l’Europe s’est rendu à Bruxelles pour « pêcher » des informations sur la stratégie de l’UE vis-à-vis des Britanniques.

Après une rencontre informelle avec le belge Didier Seeuws, président du groupe de travail du Conseil de l’UE sur le Brexit, elle a l’impression que Bruxelles n’attend plus que les Britanniques.

– Nous sommes tous un peu impatients. Cependant, les signaux du Royaume-Uni sont pour la plupart absents, a déclaré Vik Aspaker à NTB.

Avertissements clairs

Dernièrement, plusieurs dirigeants européens ont publié des déclarations claires affirmant qu’un Brexit doit nuire à la Grande-Bretagne. Le message est que cela devrait coûter cher de se retirer de l’UE, afin d’arrêter d’autres tentés de suivre la même voie.

– Il doit y avoir une menace, il doit y avoir un risque, il doit y avoir un prix à payer. Sinon, nous nous retrouverons avec des négociations qui ne peuvent pas bien se terminer, a déclaré jeudi le président français François Hollande dans un discours.

Selon le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, « l’UE ne doit pas laisser les Britanniques piétiner tout ce qui a été construit en Europe ».

Vik Aspaker interprète ces ouvertures comme des « ballons d’essai » de la part de politiciens qui veulent voir quelle réaction ils obtiennent.

– Pour nous qui sommes assis à l’extérieur, il est impossible de savoir exactement à quoi ils pensent. Mais je crois qu’ils se testent mutuellement, dit-elle.

Caractérisé par des sentiments

Stephen Booth, directeur du think tank Open Europe, note que les négociations ne sont pas du pur business. C’est de la politique.

– Je pense que nous sommes encore assez caractérisés par les sentiments. Le point de vue de l’UE est que la sortie de l’UE doit avoir des conséquences. Mais on ne sait pas encore comment cela se terminera, a déclaré Booth à l’agence de presse NTB.

La grande question est de savoir jusqu’où le Royaume-Uni s’enfoncera dans le marché intérieur sans renoncer au contrôle de l’immigration et sans avoir à se soumettre à des organes supranationaux tels que la Cour européenne.

– Le signal le plus important de Theresa May est que la Grande-Bretagne n’acceptera pas un accord « sur étagère » comme la solution norvégienne de l’EEE.

Ce que nous avons entendu jusqu’à présent suggère que la Grande-Bretagne conclura un ALE bilatéral avec l’UE, dit Booth.

– Je pense que le Royaume-Uni tentera d’établir un accord de libre-échange qui supprime autant de barrières commerciales que possible. La question est de savoir comment les négociations deviendront politisées, prédit-il.

Dispositions transitoires en attente

Vik Aspaker dit qu’elle ne peut pas imaginer que la Grande-Bretagne parviendra à négocier un tout nouvel accord commercial avec l’UE sans un accord transitoire en place au préalable.

– La Grande-Bretagne est l’un de nos partenaires commerciaux les plus importants, et nous avons l’ambition claire de négocier notre chemin vers de bonnes relations commerciales et politiques même lorsqu’ils sont hors de l’UE. Nous avons dit que nous voulions que cela se produise le plus rapidement possible.

Mais je pense aussi que l’UE envisage des dispositions transitoires. Il est difficile d’imaginer que l’on puisse partir un jour et conclure une nouvelle affaire le lendemain, explique Vik Aspaker.

Nous devons mettre en place des solutions flexibles pour la Norvège, dit-elle.
– Nous aurons sûrement une forme d’arrangement transitoire, et il sera étrange que l’EEE n’en fasse pas partie.

Source : NTB scanpix / Norway.mw

—————–