Appel à tous pour défendre les droits de l'homme - 3

Aujourd’hui, c’est la journée des droits de l’homme. « En plus de célébrer tous les progrès réalisés chaque jour, nous devons retrousser nos manches et travailler pour préserver et renforcer la mise en œuvre des droits sur lesquels la communauté mondiale s’est entendue en 1948.

Chacun d’entre nous en est responsable », a déclaré le ministre des Affaires étrangères Børge Brende.

Les droits humains sont sous pression. Cela signifie que les droits que nous tenons pour acquis en Norvège sont violés dans de nombreux autres pays, et dans une plus grande mesure qu’auparavant. Les personnes vivant dans des pays touchés par la guerre et les conflits sont particulièrement vulnérables, mais cela s’applique également aux pays pacifiques.

Allez voir les Baleines en Catamaran

« Notre monde globalisé est en proie à une lutte de valeurs fondamentales. Une lutte dans laquelle les droits fondamentaux sont en jeu. Je pense aux extrémistes qui tuent des innocents, aux journalistes qui sont menacés et emprisonnés pour avoir fait leur travail, aux membres de la communauté LGBTI qui vivent dans la peur et à 263 millions d’enfants qui ont été privés du droit à l’éducation. Je pense à un nombre croissant de personnes, plus de 65 millions, qui ont été forcées de quitter leur foyer en raison de conflits humains, de violences et d’abus. Et je pense au discours de haine qui se propage en ligne et dans la société », a déclaré le ministre des Affaires étrangères Børge Brende.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

La Norvège s’emploie à promouvoir les droits de l’homme au niveau international par le biais des Nations Unies, d’organisations régionales, d’organisations de la société civile et par le dialogue avec les différents pays. La contribution la plus importante est celle apportée par chacun d’entre nous, partout dans le monde. La Norvège soutient le thème de la Journée des droits de l’homme de cette année, qui encourage chacun d’entre nous à défendre les droits de l’homme.

« Vous et moi avons la responsabilité conjointe de protéger nos droits communs et de défendre les valeurs humaines. Nous devons prendre la parole et prendre position lorsque des injustices sont commises, lorsque nos semblables sont victimes d’abus et de discours haineux, et lorsque des droits que nous avons pu tenir pour acquis, tels que la vie et la santé, sont en jeu. C’est la seule façon de préserver notre dignité commune et de développer de bonnes sociétés dans lesquelles tout le monde peut vivre », a déclaré le ministre des Affaires étrangères.