Erna Solberg dit que "le problème de la Russie est devenu visible" - 3

Des politiciens norvégiens se sont vu refuser des visas et le service de sécurité de la police norvégienne (PST) a accusé les forces de sécurité russes de piratage.
Les affaires révèlent que les relations avec la Russie sont difficiles, reconnaît Erna Solberg.

Le Premier ministre a souligné que les attaques de piratage et le refus de visas aux parlementaires norvégiens étaient connus des autorités norvégiennes depuis longtemps, mais a ajouté : « les problèmes sont désormais visibles pour l’opinion publique, ils savent maintenant ce que les autorités norvégiennes savons depuis longtemps, à savoir que nous sommes dans une situation difficile avec la Russie. Cependant, nous avons toujours de très bonnes relations bilatérales dans les domaines où nous avons besoin de coopération », a-t-elle déclaré.

Cette semaine, on a appris que Bård Vegar Solhjell du Sosialistisk Venstreparti (SV) et le chef de Venstreparti (V), Trine Skei Grande, se sont tous deux vu refuser des visas pour la Russie. Cela a incité la « Commission permanente des affaires étrangères et de la défense » à annuler une visite prévue à Moscou.

« Nous pensons que c’est injuste », a déclaré Erna Solberg à l’agence de presse NTB à propos des refus de visa.

« Il est vrai que nous avons des parlementaires sur nos listes de sanctions. Mais ce sont des parlementaires qui ont aidé et encouragé les violations des droits des personnes. Ce sont leurs actions qui les ont maintenus sur la liste », a expliqué le Premier ministre.

L’ambassade de Russie à Oslo a confirmé qu’il existe une liste de Norvégiens qui ne peuvent pas se rendre en Russie. Ils ont déclaré que la liste russe était une réponse à la Norvège, avec l’UE, imposant des sanctions, qui comprenaient des restrictions de voyage, contre des Russes anonymes en 2014.

La justification des sanctions occidentales contre la Russie est l’annexion par le pays de la péninsule ukrainienne de Crimée et l’implication de la Russie dans le conflit dans l’est de l’Ukraine.

Solberg pense que les restrictions de via semblent être des représailles. Elle dit qu’il est « triste » que les deux pays se soient retrouvés dans une telle situation.

« La priorité de nos sanctions était que nous obtenions le mouvement et la mise en œuvre de l’accord de Minsk », a-t-elle déclaré, se référant à la feuille de route pour un cessez-le-feu et la paix dans l’est de l’Ukraine.

Source : NTB scanpix / Norway.mw