Baisse croissante du nombre d'avortements - 3

L’année dernière, 13 169 avortements ont été pratiqués en Norvège. Ce chiffre est le plus bas depuis la création du registre des avortements de l’Institut norvégien de santé publique (NIPH) en 1979.

Les chiffres de l’année dernière étaient en baisse de 6 % par rapport à l’année précédente. En 1979, l’année suivant l’entrée en vigueur de la loi révisée sur l’avortement, 14 224 avortements ont été pratiqués. Mais l’année dernière, il y avait près de 300 000 femmes de plus en âge de procréer dans ce pays.

L’avortement médicamenteux a été introduit en 1998, qui depuis 2008 est la méthode la plus couramment utilisée. Près de neuf avortements sur dix, soit 87,5%, ont été pratiqués avec des médicaments l’an dernier.

Découvrez un magnifique Fjord

Le taux d’avortement est passé de 11,7 à 11 pour 1 000 femmes en âge de procréer (15-49 ans) selon les chiffres du registre des avortements.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

Déclin dans tous les groupes d’âge

Au cours de la dernière année, le taux d’avortement est tombé à 7,6 pour 1 000 femmes âgées de 15 à 19 ans. En 1979, le taux était le plus élevé chez les femmes de moins de 20 ans.

«On a d’abord vu la diminution du groupe des moins de 20 ans, et elle se poursuit vers le haut à travers les classes d’âge à mesure qu’ils vieillissent.

Il apparaît donc que les femmes apportent avec elles les connaissances et les comportements de leur jeunesse. Cela conduit à moins de grossesses non désirées, même chez les personnes âgées », a déclaré le Dr Mette Løkeland du Registre des avortements de la santé publique.

«Depuis 2008, il y a eu une baisse constante des taux d’avortement dans tous les groupes d’âge, mais surtout chez les moins de 25 ans, a observé un médecin-chef du registre des avortements, Mette Løkeland du Folkehelseinstituttet.

«Des études ont montré que, en particulier, l’utilisation d’une contraception à longue durée d’action entraîne une diminution des grossesses non désirées», a déclaré Løkeland.

Moins de cas au tribunal

81 % des avortements de l’année dernière ont été pratiqués avant la neuvième semaine et 96 % ont été choisis volontairement.

Les femmes norvégiennes peuvent décider si elles souhaitent interrompre une grossesse au cours des douze premières semaines.
Après cela, il faut demander une autorisation d’avortement. Les commissions d’avortement peuvent, dans des cas particuliers et s’il existe des raisons médicales impérieuses pour en accorder un, autoriser un avortement jusqu’à la 22e semaine de gestation.

Il existe des variations régionales considérables dans le taux d’avortement en Norvège. Les taux les plus élevés en 2016 ont été trouvés à Oslo, Finnmark et Nordland. Les plus bas étaient à Aust-Agder, Vest-Agder et Møre et Romsdal.