Préjudiciable pour la Norvège de boycotter les pourparlers de l'ONU sur les armes nucléaires - 3

Le manque de participation de la Norvège aux négociations de l’ONU pour interdire les armes nucléaires est sans scrupules et dangereux, estime le leader du désarmement, Grethe Østern, de Norsk Folkehjelp (Aide au peuple norvégien).

Lundi, l’ONU s’apprête à négocier un traité interdisant les armes nucléaires au siège de l’ONU à New York. La Norvège, qui (avec 27 autres pays de l’OTAN) a voté contre la proposition d’un nouvel accord, ne participera pas aux négociations.

« Le boycott par le gouvernement des négociations de l’ONU est sans scrupules, dangereux et potentiellement une violation de la non-prolifération comme indiqué dans l’article VI du traité de non-prolifération de l’ONU, qui engage tous les États à négocier des mesures efficaces qui conduiront au désarmement nucléaire et à la fin de la course aux armements nucléaires », déclare le leader politique du désarmement, Grethe Østern, qui participe aux négociations.

Découvrez les Aurores Boréales

Elle a dit que jusqu’à ce que lundi arrive, on ne sait pas quels pays participeront.

Découvrez les Aurores Boréales

Fin octobre, la grande majorité des pays des Nations Unies ont exprimé le souhait de lancer des négociations sur un nouveau traité interdisant les armes nucléaires. La résolution a été adoptée, avec 123 voix en faveur des négociations, et 38 contre, avec 16 pays s’abstenant.

Quatre puissances nucléaires sur cinq membres du Conseil de sécurité de l’ONU, la Grande-Bretagne, la France, la Russie et les États-Unis ont voté contre, tandis que la Chine s’est abstenue. L’Inde et le Pakistan aussi.

Le Japon, qui s’est longtemps battu contre l’utilisation de l’arme nucléaire, a voté contre, tout comme la Corée du Sud, vivre avec une menace nucléaire de la Corée du Nord.

Grethe Østern pense que les prochains pourparlers de l’ONU ont révélé que des pays comme la Norvège, l’Australie et le Canada, qui étaient auparavant considérés comme des partisans du désarmement, sont une partie importante du problème.

« La Norvège soutient les États-Unis comme légitimes dans ce qui est maintenant une lutte désespérée pour conserver les armes nucléaires, car elle estime que la dissuasion nucléaire nous donne la sécurité », a commenté Østern.

La secrétaire d’État, Marit Berger Røsland, pense que le paysage sécuritaire actuel ne justifie pas une interdiction.

« Une interdiction internationale des armes nucléaires sans la participation des États dotés d’armes nucléaires ne nous rapprocherait pas d’un monde sans armes », a déclaré Røsland à l’agence de presse NTB.

Elle a souligné qu’aucun pays de l’OTAN n’avait soutenu la proposition à l’Assemblée générale des Nations Unies l’automne dernier.

« La Norvège et nos alliés ont pour objectif un monde sans armes nucléaires, mais tant que d’autres auront des armes nucléaires, l’OTAN restera une alliance nucléaire », a-t-elle souligné.
Dans un communiqué en provenance des États-Unis, le secrétariat de l’ONU a annoncé samedi que l’ambassadrice nord-américaine de l’ONU, Nikki Haley, allait tenir une conférence de presse pour protester contre les négociations.

On ne sait pas si la Norvège y participera. La conférence de presse se tiendra à l’extérieur des locaux de négociation à 16h00, heure norvégienne, et Haley travaillera avec d’autres pays.

« C’est un comportement étrange. J’ai longtemps espéré que la Norvège n’assisterait pas à une conférence de presse où elle protesterait contre les négociations pour le désarmement nucléaire.

Le Parlement a clairement indiqué que la Norvège devrait jouer un rôle proactif en matière de désarmement », a déclaré Frode Ersfjord, PDG de « Nei til atomvåpen ».

Le premier cycle de négociations se tiendra jusqu’au 31 mars. Le deuxième cycle de négociations de l’ONU est prévu du 15 juin au 7 juillet.

Source : NTB scanpix / Norway.mw