KrFU veut avoir 10 000 demandeurs d'asile en Norvège - 3

KrFU veut Norvège de prendre plus de responsabilités et d’accepter 10 000 demandeurs d’asile supplémentaires en provenance de pays de l’UE congestionnés. Hors de question, selon le chef du Parti du progrès, Siv Jensen.

Lors du prochain congrès national de KrF fin avril, le parti de la jeunesse se battra avec acharnement pour la proposition, qui est soumise avant le congrès.

– J’espère qu’on s’en sortira. Maintenant, ce sera la tâche du Comité des résolutions de décider de ce qui sera discuté au congrès, et nous allons travailler dur pour que cela soit à l’ordre du jour, a déclaré à VG la dirigeante du KrFU (Jeunesse du Parti démocrate chrétien), Ida Lindtveit.

Découvrez les Aurores Boréales

Soutien

Les Jeunes libéraux soutiennent la proposition et la reprendront au sein du groupe parlementaire du Parti libéral.

Découvrez un magnifique Fjord

– Nous pensons qu’il est important que la Norvège contribue à l’effort communautaire pour reloger les réfugiés, a déclaré au journal le chef des Jeunes libéraux, Tord Hustveit.

L’UE se bat durement pour déplacer 160 000 réfugiés de Grèce et d’Italie. Après dix-huit mois, seuls 16 340 demandeurs d’asile ont été envoyés vers d’autres pays de l’UE et de l’EEE.

La Norvège a accepté de recevoir 1 500 d’entre eux et, selon les derniers chiffres, plus de 1 000 sont déjà venus dans ce pays.

En 2015, un consensus s’est également dégagé au Parlement pour accepter 8 000 autres réfugiés syriens.

Siv dit non

Le chef du KrF, Knut Arild Hareide, a déclaré à VG que l’accord reste en vigueur, mais que les démocrates-chrétiens ont également appelé à une réévaluation de la possibilité pour la Norvège de contribuer davantage dans le cadre du budget national révisé.

– Dans ce contexte, nous devrions également examiner notre contribution à la relocalisation des demandeurs d’asile qui se trouvent désormais dans le sud de l’Europe, a déclaré Hareide.

Le chef du Parti du progrès, Siv Jensen, a déclaré qu’il n’était pas question pour eux d’accompagner 10 000 demandeurs d’asile supplémentaires.

– Cet asile actuel historiquement bas est un piètre argument pour en accepter bien plus. Nous devons donner la priorité à l’intégration de ceux qui sont déjà en Norvège, explique le leader du FRP.

Elle qualifie d' »inquiétant » le fait que de nombreux membres du Parti travailliste et d’autres partis veuillent assouplir la politique d’immigration.

– Prendre des décisions ad hoc spontanées aux mêmes parties que l’a fait en 2015, est peu sérieux et naïf. Ensuite, nous pourrons à nouveau obtenir un pouvoir d’asile féroce. Je pense que personne ne veut une répétition de 2015 avec plus de 31 000 demandeurs d’asile, a déclaré le chef du FRP.

Source : NTB scanpix / Norway.mw