Le Conseil islamique rejette les critiques de l'église norvégienne - 3

Le secrétaire général, Mehtab Afsar, du Conseil islamique (IRN) a rejeté les critiques de l’Église norvégienne après avoir employé une femme qui porte un nikab.

«Notre coopération et notre dialogue sont beaucoup plus forts que cela et ne seront pas détruits en raison d’un emploi accordé à l’IRN.

L’IRN et l’Intermediate Council sont des partenaires de dialogue depuis près de 25 ans et le seront également à l’avenir. De plus, cet emploi est conforme aux lois et réglementations de ce pays », a déclaré Afsar dans un e-mail au sujet des critiques de l’église à Vårt Land.

Découvrez un magnifique Fjord

« L’emploi fait du bruit », a déclaré jeudi Berit Hagen Agøy, du Conseil interculturel au journal Klassekampen. C’était la première fois que l’Église norvégienne critiquait publiquement le Conseil islamique.

Allez voir les Baleines en Catamaran

Le ‘Tros og Livssynssamfunn’ (STL) a également abordé la question de la nomination lors de sa réunion de cette semaine. Lars-Petter Helgestad de la Human-Ethical Association était le président de la réunion.

«Il semble que l’IRN ne voit pas à quel point sa réputation a été endommagée. La forte valeur symbolique du nikab amène à s’interroger sur la place de l’IRN dans la lutte contre l’extrémisme religieux. Les seuls concernés par cette polarisation sont les extrémistes musulmans et ceux qui haïssent l’islam, et cela nuit au dialogue », a déclaré Helgestad à Vårt Land.

Le Conseil islamique a rencontré la ministre de la Culture, Linda Hofstad Helleland (Høyre) le 4 avril, mais souhaite une nouvelle réunion.

Dans un courrier adressé par l’avocat de l’IRN au ministre de la Culture, ils expriment « leur déception et leur étonnement quant à la forme de la rencontre et au peu de temps qui lui a été réservé ». Dans la lettre, l’IRN a promis d’envoyer une déclaration écrite sur, entre autres, leur rôle de pont.

Source : NTB scanpix / Norway.mw