La Norvège paiera des millions pour lutter contre le choléra au Yémen - 3

La Norvège paiera des millions pour lutter contre les épidémies de choléra au Yémen

Plus de 20 000 personnes sont probablement touchées par le choléra au Yémen. La Norvège augmente de 10 son aide humanitaire au pays ravagé par la guerre millions de NOK.

– L’épidémie de choléra au Yémen s’ajoute à un conflit armé et à une crise alimentaire qui touche de larges pans de la population.

La Norvège augmente donc l’aide humanitaire au Yémen de 10 millions de NOK et évaluera en permanence les développements à l’avenir, a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Børge Brende, dans un communiqué de presse.

Découvrez un magnifique Fjord

Le nombre de cas suspects de choléra a plus que doublé dans le pays au cours des cinq derniers jours, selon l’organisation Médecins sans frontières.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 23 500 personnes sont probablement touchées par le choléra, et les autorités affirment que la maladie s’est propagée dans 18 des 22 provinces du pays. Plus de 200 personnes sont mortes de la maladie, selon l’OMS.

Brende dit que si aucune mesure immédiate n’est prise pour arrêter la propagation, elle peut se transformer en une épidémie à l’échelle nationale.

« Cela aura des conséquences catastrophiques pour une population déjà durement touchée », dit Brende.

La moitié des hôpitaux yéménites sont à l’abandon

La moitié des hôpitaux et des centres de santé du Yémen ont été désactivés pendant la guerre civile de deux ans.

La Norvège a porté cette année son soutien au Yémen à 212 millions de NOK, soit près de 100 millions de plus que l’année dernière. La nouvelle aide vient s’y ajouter.

Le soutien norvégien passe par plusieurs organisations des Nations Unies, le mouvement de la Croix-Rouge et des organisations humanitaires, qui coopèrent avec des partenaires locaux au Yémen.

La Norvège contribue également par l’intermédiaire de la Banque mondiale, du Fonds d’urgence des Nations Unies (CERF) et du Fonds pour l’éducation et la formation en cas de crise et de conflit – L’éducation ne peut pas attendre.

© NTB Norway.mw / La Norvège aujourd’hui