Coercition et extorsion d'enfants en ligne - 3

La police à travers l’Europe émet un avertissement contre la coercition et l’extorsion d’enfants en ligne

(Norvège aujourd’hui / Europol) : Souvent appelée « sextorsion » ou « chantage par webcam », la coercition et l’extorsion en ligne d’enfants – une forme de chantage numérique où des informations ou des images sexuelles sont utilisées pour extorquer du matériel sexuel, des faveurs sexuelles ou de l’argent, a monté en flèche dans le passé années, mais reste largement sous-estimée.

Comment fonctionne le crime

Dans un rapport publié aujourd’hui par Europol, il est révélé que des victimes aussi jeunes que 7 ans sont ciblées en ligne.

Lorsqu’ils ciblent un mineur, les délinquants ont deux motivations principales :

Découvrez un magnifique Fjord

  • Un intérêt sexuel pour les enfants, où l’objectif de l’échange extorquant est l’obtention de matériel sexuel (photos et/ou vidéos représentant l’enfant) ou une rencontre sexuelle hors ligne ;
  • Un intérêt économique, où l’objectif est de tirer profit financièrement de l’extorsion.

Sur la base des informations recueillies par le Centre national américain pour le CyberTipline sur les enfants disparus et exploités, le rapport d’Europol révèle que les enfants victimes de sexe féminin sont davantage victimes de chantage pour du matériel sexuellement explicite (84 %) que leurs homologues masculins (53 %). Ces derniers sont davantage ciblés pour le gain financier (32 % contre 2 % pour les enfants victimes de sexe féminin), une tendance relativement nouvelle dans le domaine de l’abus sexuel d’enfants en ligne. Une autre tendance de ce type est la demande de l’agresseur pour que l’enfant ciblé inclue d’autres enfants, tels que des frères et sœurs ou des pairs, dans les images/vidéos. Dans de tels cas, même les enfants qui utilisent des pratiques sûres dans l’environnement en ligne ou les enfants plus jeunes qui n’utilisent peut-être pas encore Internet peuvent être ciblés de cette manière.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

Le bilan personnel et psychologique des victimes de ce crime ne doit pas être sous-estimé : des cas sont connus où des enfants se sont fait du mal, ont eu des comportements suicidaires ou se sont suicidés après avoir été victimes de ce crime. De nombreux actes de coercition en ligne et d’extorsion d’enfants ne sont pas signalés en raison de l’embarras concernant le matériel fourni à l’auteur ou du manque de connaissance par les victimes qu’ils ont fait l’objet d’une infraction pénale.

Campagne de sensibilisation « Dites non »

En réponse à ce phénomène inquiétant, les forces de l’ordre européennes ont uni leurs forces pour lancer une campagne « Dites NON », soutenue par Europol, afin de conseiller ceux qui ont été ou sont susceptibles d’être ciblés, et de renforcer le signalement et mécanismes de soutien.

La campagne comprend un court métrage, disponible dans toutes les langues de l’UE, qui aide les gens à reconnaître une approche potentielle de sextorsion, fournit des conseils en ligne et souligne l’importance de signaler le crime aux autorités nationales compétentes.

Steven Wilson, directeur du Centre européen de lutte contre la cybercriminalité d’Europol, a déclaré : « Les enfants utilisent de plus en plus l’environnement en ligne pour communiquer et nouer des relations et cela devrait être considéré comme une partie naturelle de leur développement. Cependant, il est de notre responsabilité collective de les éduquer sur les menaces qu’ils peuvent rencontrer et également de les protéger pour rendre l’environnement en ligne aussi sûr que possible. Lorsque quelque chose de fâcheux se produit en ligne, nous devons fournir des mécanismes de signalement et de soutien clairs et efficaces afin qu’ils sachent vers qui se tourner pour obtenir de l’aide.

Rob Wainwright, directeur exécutif d’Europol, a ajouté : « La protection de nos enfants est l’une des plus hautes priorités des forces de l’ordre en Europe et dans le monde. Chez Europol, nous nous engageons à lutter contre toute menace pour nos enfants et à traduire en justice quiconque leur porterait préjudice. »

Êtes-vous une victime? Obtenir de l’aide. Signalez-le. Nous sommes ici.

Le message d’Europol à ceux qui sont ciblés est « ne payez pas et ne vous sentez pas gêné de le signaler à la police ». Si quelqu’un vous menace de partager des photos ou des vidéos à caractère sexuel de vous à moins que vous ne lui en envoyiez plus ou que vous ne lui payiez de l’argent, procédez comme suit :

  • Ne partagez plus, ne payez rien.
  • Cherchez de l’aide. Tu n’es pas seul.
  • Conserver les preuves. Ne supprimez rien.
  • Arrêtez la communication. Bloquez la personne.
  • Signalez-le à la police.

Pour plus de conseils sur la façon de réagir si vous, votre enfant ou quelqu’un qui vous fait confiance êtes potentiellement victime de coercition et d’extorsion sexuelles en ligne, veuillez consulter notre page de campagne Dites non.

© Europol / La Norvège aujourd’hui