La Norvège explore les opportunités de fruits de mer au Ghana et en Côte d'Ivoire - 3

Le Conseil norvégien des produits de la mer a invité des hommes d’affaires norvégiens dans le secteur des produits de la mer à participer à un voyage de délégation « excitant et éducatif » au Ghana et en Côte d’Ivoire à la fin du mois d’août.

Dans le cadre de la stratégie pour les nouveaux marchés, le Seafood Council peut ouvrir la porte à l’industrie norvégienne des produits de la mer. Les deux pays de la côte ouest de l’Afrique ont été identifiés comme des marchés de fruits de mer prometteurs pour les poissons pélagiques et le saumon, mais présentent également un potentiel pour le poisson séché et d’autres produits conventionnels qui y ont été vendus auparavant.

Allez voir les Baleines en Catamaran

Potentiel pour les fruits de mer norvégiens

Le chef de projet du Seafood Council pour l’Afrique centrale et de l’Ouest, Trond Kostveit, qui connaît déjà bien la région, a récemment vu des opportunités de produits de la mer dans plusieurs pays.

« Le Ghana et la Côte d’Ivoire semblent être des destinations passionnantes pour les fruits de mer norvégiens, et certains poissons pélagiques et saumons y sont déjà vendus. Historiquement, de petites quantités de fruits de mer ont été exportées de Norvège vers ces pays, mais je pense que cela peut changer s’il y a des contacts entre les exportateurs et les importateurs norvégiens dans les pays concernés », a déclaré Kostveit. Il existe également de bonnes opportunités pour le saumon norvégien destiné à un secteur d’hôtels et de restaurants à croissance rapide au Ghana.

Allez voir les Baleines en Catamaran

« Le Ghana et la Côte d’Ivoire sont des pays relativement stables politiquement, avec des marchés en croissance et des économies prometteuses. Récemment, une décision a été prise de fermer la pêcherie locale au Ghana pendant trois mois en raison de la surpêche, ce qui entraînera une augmentation de la demande d’importation, en particulier pour les espèces pélagiques, a déclaré Kostveit.

Comme indiqué dans Norway.mw à la mi-avril, il convient également de garder à l’esprit que « le directeur de la recherche, Tor Næsje, à l’Institut norvégien de recherche sur la nature, et le professeur Jeppe Kolding à l’Université de Bergen, pensent qu’il est « incompréhensible le gouvernement norvégien soutient la propagation de nouvelles espèces de poissons envahissantes dans les lacs et les rivières d’Afrique, selon le journal Dagens Næringsliv.

« Le tilapia du Nil, qui appartient au Nil, tel qu’il est utilisé maintenant dans les nouvelles fermes piscicoles sahariennes, s’échappe et se propage à une vitesse record vers de nouveaux fleuves et lacs et est sur le point de détruire la base de ressources naturelles de millions de personnes.

Pour moi, en tant que biologiste des ressources halieutiques, il est incompréhensible que nous fassions cela », a déclaré Næsje.

Source : NTB scanpix / Norway.mw