Les peuples autochtones de la RD Congo se voient refuser la participation au festival Riddu Riđđu - 3

Les autorités Schengen en RD du Congo ont rejeté les demandes de visa du groupe indigène Bokoko Na Biso, qui assistera à l’ouverture du 26e Festival Riddu Riđđu à Manndalen le 13 juillet dans la municipalité de Kåfjord à Troms.

La raison invoquée est que les personnes «ne pouvaient pas démontrer un revenu suffisant ou qu’elles vivaient en tant que danseurs professionnels».

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

Ce sont des exigences impossibles et, en pratique, une interdiction de voyager pour la plupart des peuples autochtones du Congo qui vivent en dehors des zones centrales. Bokoko Na Biso a été invité au festival pour partager leurs expressions culturelles, de sorte que les autorités Schengen refusent de présenter leur culture lors d’un festival autochtone reconnu.

La visite est prévue pour deux ans après que Riddu Riđđu, avec la Rainforest Foundation, ait visité les peuples autochtones et le Festival des peuples autochtones à Kinshasa en 2015.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

La responsable des festivals Karoline Trollvik et la célèbre Saami ya Marja Helena Fjellheim Mortensson ont participé à des contributions académiques et culturelles pendant la visite, et Riddu Riđđu attend depuis longtemps avec impatience cette visite de retrouvailles.

Le ministère des Affaires étrangères a aidé Riddu Riđđu et le Rainforest Fund dans le processus de demande de visa à nouveau, mais au moment de la rédaction de cet article, il est très difficile de savoir si le groupe pourra se rendre à Gáivuotna / Kåfjord pour danser sur la scène. pendant Riddu Riđđu 2017.

Riddu Riđđu Festivála et Regnskogfondet estiment que le rejet est inacceptable, sur la base des raisons exposées, et espère que les autorités chargées des visas traiteront la plainte qui a été envoyée afin que les gens puissent participer à la culture de Bokoko Na Biso le jeudi 13 juillet.

«Ni Riddu Riđđu ni le Rainforest Fund n’ont jamais eu de problèmes avec des clients qui ne sont pas rentrés chez eux ou qui ont demandé l’asile.

Nous voyons ce rejet comme une attaque contre les travailleurs culturels et les peuples autochtones des autorités belges de Schengen. De telles interprétations des lignes directrices constituent un sérieux obstacle à l’échange de la culture autochtone », déclare Karoline Trollvik, directrice générale.

– Les autorités Schengen en Belgique ne réexaminent pas les cas qu’elles refusent. Ils rejettent l’appel contre le premier rejet, disant que nous devions présenter une nouvelle demande et que nous avons reçu un nouveau refus.

C’est un comportement inacceptable de la part d’une fonction publique. Ce groupe a sa famille et son affiliation en RD Congo. Cette visite est prévue pour deux ans avec une organisation qui a l’habitude d’envoyer des gens en Norvège.

Il est très triste que les règles en matière de visas soient appliquées de cette manière, déclare Gunnell E. Sandanger, chef du département Afrique centrale à la Rainforest Foundation.