Les pêcheurs norvégiens sont plus en sécurité au travail - 3

Les pêcheurs norvégiens sont plus en sécurité au travail

Le nombre de blessés et d’accidents mortels sur les pêcheurs norvégiens a diminué par rapport au nombre de pêcheurs enregistrés, selon SINTEF Ocean.

Jusqu’à présent cette année, il y a eu trois accidents mortels dans la flotte de pêche, mais les chiffres varient d’une année à l’autre. En 2016, il y a eu six accidents mortels, contre trois en 2015.

«Il existe de grandes variations, mais ce sont les petits nombres dont nous parlons. Frappez sur du bois, vous n’entendez plus que des bateaux et des équipages entiers descendent plus longtemps », déclare Ingunn Marie Holmen, chercheuse senior à SINTEF Ocean, à NTB.

Le magazine national de la pêche a évoqué la question samedi

La flotte de pêche norvégienne est divisée en flotte océanique et flotte côtière, et de 2013 à 2016, 20 personnes sont mortes dans l’ensemble de la flotte. Trois d’entre eux travaillaient sur des navires océaniques. En comparaison, 13 personnes sont mortes dans la flotte de pêche locale, qui est la plus petite partie des flottes côtières.

Il y a également eu un changement dans les types d’accidents qui se produisent. De 2013 à 2016, il n’y a eu aucun accident d’empalement ou d’électrocution, seulement des blessures par impact ou par serrage.

Les chiffres de l’emploi dans chacun des deux groupes de navires n’ont pas été mis à jour ces dernières années, il est donc difficile de comparer l’évolution des accidents en mer et dans la flotte côtière.

Étant donné que les pêcheurs ne sont pas enregistrés auprès des navires sur lesquels ils travaillent, il est difficile d’estimer le nombre d’employés dans chaque groupe de navires.

© NTB Norway.mw / La Norvège aujourd’hui