La lenteur des progrès du Brexit inquiète Solberg - 3

La Première ministre britannique, Theresa May, estime qu’il est urgent d’avancer dans les négociations sur le Brexit. En revanche, la France et l’Allemagne ne sont pas si pressées. La Première ministre norvégienne, Erna Solberg, s’inquiète cependant de la lenteur des négociations. « Je crains que tout ne se déroule trop lentement et que nous puissions nous retrouver dans une situation difficile », a-t-elle déclaré à NTB.

Jeudi, Solberg était à Bruxelles pour assister à une réunion avec les dirigeants conservateurs avant le sommet européen de jeudi et vendredi. Lors du sommet, l’UE définira son statut dans les négociations avec le Royaume-Uni.

Offensive de charme
Le Premier ministre Theresa May a tenté d’appliquer une offensive de charme diplomatique avant la réunion. Elle dit qu’il est urgent de parvenir à un accord sur, en particulier, les droits des citoyens de l’UE au Royaume-Uni et des Britanniques dans l’UE. « J’espère que nous pourrons progresser dans les semaines à venir », a-t-elle déclaré en se rendant au sommet.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

Mais l’UE reste. Surtout la France et l’Allemagne ont insisté pour pousser les Britanniques. Ils veulent que les Britanniques donnent plus avant que l’UE n’accepte d’ouvrir la deuxième partie des négociations. Dans la première partie, seules les conditions autour de la rupture elle-même sont à discuter. L’objectif britannique est de passer rapidement à la deuxième partie, qui comprendra également des dispositions transitoires et le cadre d’un futur accord commercial.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

De nouvelles promesses
Afin de se rapprocher d’un accord, May a publié aujourd’hui une lettre ouverte aux citoyens européens vivant en Grande-Bretagne. Dans cette lettre, elle a présenté de nouvelles promesses, notamment des procédures plus simples pour s’inscrire en tant que résident au Royaume-Uni. Ceci est basé sur les exigences de l’UE.

Cependant, l’UE a également insisté sur le fait que la Cour européenne de justice doit avoir un rôle de garant des droits, même si le Royaume-Uni ne sera plus membre de l’UE. Les Britanniques ont nié cela jusqu’à présent. En outre, il existe un désaccord sur les règles de regroupement familial et d’exportation des prestations sociales.

Pression temporelle
L’UE essaie également de pousser les Britanniques à admettre leurs promesses concernant le règlement économique. Selon les Britanniques, l’UE utilise ainsi le temps limité comme moyen de pression. « La simple vérité est que nous sommes en négociations et qu’ils passent leur temps à voir s’ils peuvent nous soutirer plus d’argent. C’est ce qui se passe, et c’est évident pour tout le monde », a déclaré le secrétaire d’État britannique à la sortie de l’UE, David Davis, lors d’une récente discussion.

Le 29 mars 2019, le Royaume-Uni quittera l’UE, avec ou sans accord. Le cauchemar de Solberg, c’est que le temps va passer sans pouvoir définir un accord. « Il ne reste que 17 mois pour atteindre l’échéance, et si le Brexit sera difficile, il est également extrêmement exigeant pour la Norvège », a déclaré Solberg à NTB.

© NTB Norway.mw / La Norvège aujourd’hui