Le nouveau navire de recherche glaciaire norvégien exposé à Bergen - 3

Le nouveau navire de recherche polaire norvégien Kronprins Haakon est l’un des plus avancés au monde en son genre. Il est arrivé dans les eaux norvégiennes et à Bergen juste avant la nouvelle année.

Le navire, construit en Italie, a un prix de près de 1,5 milliard de dollars, a été lancé en Italie en février de l’année dernière. Il a ensuite été équipé et testé jusqu’à ce qu’il puisse mettre le cap vers les eaux domestiques, mercredi 20 décembre. Dix jours plus tard, il est arrivé à Bergen où il sera encore testé pendant un certain temps. Le navire a été exposé à Bergen mardi.

Le prince héritier Haakon a une jauge brute de 9 000 tonnes et mesure 100 mètres de long et 21 mètres de large. Elle peut accueillir 55 personnes au total avec des équipages, des chercheurs et des étudiants. Le navire est construit pour traverser la glace d’un mètre d’épaisseur et a une vitesse de croisière de 15 nœuds. Le navire peut accueillir deux hélicoptères et a été conçu par Rolls-Royce.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

« Avec le prince héritier Haakon, nous lançons une nouvelle ère pour la recherche polaire norvégienne », a déclaré le directeur de l’Institut polaire norvégien, Ole Arve Misund.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

Le navire de recherche appartient à l’Institut polaire norvégien et est exploité par l’Institut de recherche marine, et l’UiT – l’Université norvégienne de l’Arctique – deviendra le plus gros utilisateur.

– Le prince héritier Haakon est construit pour des études dans des conditions glaciales difficiles, et il peut aller plus au nord et plus au sud par rapport aux autres navires de recherche norvégiens.

Le navire est équipé d’équipements de pointe à la pointe de la technologie qui nous aideront à faire des études plus complexes. Le bateau est grand et résistera à toutes les conditions météorologiques possibles, et nous prévoyons un voyage de recherche à la fois dans l’Arctique et l’Antarctique », a déclaré la recteur de l’UiT, Anne Husebekk.

La livraison du navire de recherche a été retardée d’un an et demi, et l’équipage à bord est engagé par le chantier naval en Italie. Ce n’est qu’en février, lorsque le navire sera officiellement repris par l’Institut polaire norvégien et l’Institut de recherche marine, qu’un équipage norvégien embarquera.

Ensuite, le navire sera testé dans les eaux nordiques jusqu’au printemps, et sa première expédition est prévue le 19 juillet.

© NTB Norway.mw / La Norvège aujourd’hui

———–