Croissance de la borréliose - Norway Today - 3
Cocher. Photo: Pixabay.com

2017 pourrait être une autre année record pour la borréliose due aux piqûres de tiques

Le nombre de cas enregistrés de borréliose sévère après des piqûres de tiques est actuellement de 430 pour 2017. C’est plus que lors de l’année record 2015.

En 2015, 426 cas de borréliose de Lyme, maladie transmise par les tiques, ont été enregistrés, où la bactérie borrelia s’est propagée aux organes et aux tissus corporels. En 2016, il y a eu 409 cas. Le chiffre pour 2017 est actuellement de 430 et pourrait, selon le Système d’alerte pour les maladies infectieuses (MSIS), ne pas être complet. Il s’agit du plus grand nombre de cas enregistrés depuis l’introduction des critères de notification actuels en 1995.

Découvrez les Aurores Boréales

Le centre anti-tiques de l’hôpital Sørlandet a précédemment déclaré qu’il était difficile de dire s’il y avait une augmentation réelle du nombre de cas en Norvège, mais les chiffres de la Suède indiquent une augmentation ces dernières années.

Le Département de la prévention des maladies, de l’environnement et de la santé de l’Institut de santé publique (FHI) a qualifié l’augmentation ces dernières années de trop minuscule pour affirmer qu’il y a une croissance. Le triplement du nombre de cas depuis 1995 peut être dû à plusieurs causes possibles. Selon FHI, des facteurs tels qu’une attention médiatique accrue, une sensibilisation accrue des médecins à la maladie, une sensibilisation accrue de la population, un changement des procédures de diagnostic ainsi qu’une augmentation réelle du nombre de cas sont des facteurs contributifs.

Découvrez les Aurores Boréales

Parmi ceux qui se font piquer par les tiques, environ 2% mènent à la maladie. Seulement environ 10 pour cent de ces cas évoluent vers une borréliose plus grave, selon le centre des tiques (Flåttsenteret).

Il y a eu des débats et des discussions sur le diagnostic et le traitement de la borréliose en Norvège, où les concepts sont perçus différemment selon les environnements.

© NTB Norway.mw / La Norvège aujourd’hui